Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 09:46

De Gallé à Lalique via (le cercle) Sadoul.

 

 

 

 

DSCF3992

Emile Gallé est une des figures dont s’enorgueillit Raon  et il considérait Lalique comme   « l’inventeur du bijou moderne ».  D’où la  proposition du Cercle d’histoire Louis Sadoul de se porter à Wingen sur Moder , pour visiter le musée Lalique ce mercredi  19 juin. DSCF3995

 

Wingen sur Moder :

Ils étaient trente à profiter du car confortable qui les mena par des chemins de  traverse des Vosges à l’Alsace bossue en passant par de jolies petites routes  et de coquets  villages.

Ce bourg, de  1563 habitants au territoire à 80% forestier,  est proche de La Petite Pierre ( Saverne) . Il a connu les guerres entre seigneurs rivaux, les guerres de religion, la guerre de trente ans et la peste qui le laissa exsangue. Grâce à des avantages forestiers accordés aux  habitants, Wingen se repeuple au milieu du 17ème siècle et deux verreries attirées par la présence importante du bois, et de la fougère  nécessaires*, prospèrent jusqu’ à ce que la réduction des droits forestiers les obligent à fermer en 1868. Il faudra attendre un demi siècle pour que René Lalique y déplace sa verrerie de Combs la ville en Seine et Marne, profitant de la présence d’ouvriers très qualifiés et de la voie ferrée. Actuellement l’entreprise devenue cristallerie Lalique appartient après le disparition de la petite fille de René Lalique à un consortium , Art et Fragrance,  depuis 2008 . Sur le parking du musée, à l’arrivée du bus du cercle Sadoul,  six Bentley  immatriculées en Grande Bretagne, suivies d’un minibus de gardes du corps, ont investi les lieux : c’était des membres de l’équipe dirigeante qui ont visité le musée  au pas de charge : « en  une ½ heure, c’était fait » confia une employée.  Trois petits tours et puis s’en furent … c’est ce que firent aussi les excursionnistes qui s’en allèrent  se restaurer dans le village avant de revenir visiter longuement  les lieux l’après midi.

 

Un musée moderne dans un site historique    

Le musée installé  dans un écrin de verdure, sur  le site de l’ancienne verrerie du Hochberg, est à lui seul une attraction : conçu autour d’un jardin, sorte de cloître où le  plantes dessinent un bijou de Lalique. Il s’est ouvert en juillet  2011, bâti sur les plan de Jean Michel Wilmotte : Le respect du patrimoine bâti a été l'un des principaux critères du choix, et ce d'autant plus que le site est inscrit à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1996. Les matériaux choisis - béton habillé de pierre et verre - se marient harmonieusement avec les bâtiments existants les constructions nouvelles, semi enterrées, proposent une toiture végétalisée traitée comme un espace vert. Le visiteur est accueilli dans le hall par un gigantesque lustre de  3 mètres de haut et de  1700 kilos qui fit sensation

 

Un parcours enchanté.

lalique 0089Le musée Lalique de Wingen-sur-Moder a pris le parti de mettre en valeur l'ensemble de la création de l'artiste, en mettant principalement l'accent sur ce qu'est la production Lalique à Wingen-sur-Moder : le verre et le cristal.DSCF3998

L’intérieur avec ses vitrines mettent en valeur par des comptoirs noirs par un cadre dépouillé, les bijoux qui ont fait la célébrité de Lalique : l’or, le verre l’émail  qui éclipsent le diamant, se déclinent en fines fleurs diaphanes, en bestiaire étrange revisité où la chauve souris, le serpent les insectes sont magnifiés en colliers et broches.DSCF3994 DSCF3997DSCF4001Puis on passe avec regret sans doute dans un autre espace tout aussi fascinant : les flacons de parfum suivis de la vaisselle aérienne, toute en finesse où le guide attire l’attention sur le service dit « mouettes » DSCF4008 offert en 1938 aux souverains anglais par la ville de Paris. DSCF4007 Les vitraux et autres statuaires dédiées à des abbayes ou à des résidences sont un autre sujet d’émerveillement ainsi que les lustres.  DSCF4011 On finit la visite par des explications techniques très concrètes avec le moule du vase Bacchante qui est devenu la réalisation emblématique de Lalique France, les étapes du polissage du vase avec en fond, un écran géant qui nous montre les artisans de ces chefs d’œuvre et leur rend hommage : les ouvriers verriers de l’entreprise de Wingen qui compte  200 employés. Au sortir, de retour dans la fournaise qui, avec ses presque  40°, attendait les visiteurs enchantés, ce fut avant de reprendre le car, la photo souvenir. Tous  sans doute garderont un souvenir ébloui de ce féerique musée Lalique. Laissons le mot de la fin à J P Kruch , le président du cercle : « on prendrait bien un verre »… à 3600 euros le vase Bacchante , ça coûterait cher ..

 

* la fabrication du verre nécessite du grès pour la silice, des fougères pour la potasse et du bois pour chauffer les fours

 

 

 à suivre

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emjy
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de emjy
  • Le blog de emjy
  • : à défaut de pouvoir papoter en vrai avec les ex collègues, les copains copines ou les proches, une p'tite parlote sur tout et rien.
  • Contact

Recherche

Liens