Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 19:52

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui un jour PAF ! J’ai du mal à me poser sur du constructif !

Faut dire que la semaine passée fut agitée : vélo et gym et longue marche sur la plateau des Lêches !

J’avais projeté d’aller à st Dié à vélo ! Faire une séance de gym et retour itou !!

Bon ce sera plutôt RAON…et encore ! Peut-être en fin de compte chaise longue…et gazon à tondre !en écoutant HILDEGARDE DE BINGEN musique du moyen âge ( ?) à mi chemin entre le chant religieux et la musique folklorique. Très reposant. .ZEN…

 

 

 

 

 

CIMG2075

 

 

PICT0102Avec un bouquin A NE PAS LIRE sauf si rien à se mettre sous les yeux !!

Jayne Ann Krantz

«  Comme une eau dormante »

 

A la bibliothèque, domine ce genre de « bouquins » ( « produits » «conviendrait mieux), fabriqués pour plaire…et qui plaisent hélas !

 

J’ai  pour habitude de tirer  4 livres au hasard quand je suis à court

de temps ou d’idées.

C’est ainsi que j’ai trouvé, parfois, trop rarement ,  des perles rares, des livres-amis  que je relirai et dont je vous parlerai si, toutefois je continue le blog au-delà de la date que je me suis fixée le  1/09/11 : fin octobre au plus….

 

Bref ce "machin," ce "truc", cette "chose" que je "lis "ou parcours de plus en plus vite, tournant les pages de plus en plus souvent !

 

Pourquoi je lis ça au fait !

C’est de votre faute ! C’est pour alimenter le blog !

Je n’ai plus de conserves à faire,  plus de catas à raconter !

Vous comprenez pourquoi il va falloir arrêter ce blog : vais-je finir par éplucher la presse people pour avoir des choses à raconter ?

En fait non…j’aurais plein de choses à vous dire : revue de presse autre que ces torchons que je ne « lis » jamais… élucubrations diverses et variées car je suis toujours en train de carburer sur tout et rien !

 

Allez je ne vous fait pas languir davantage! 

vous brûlez d'en savoir plus hein!

 

 

VOILA!

      Chaque chapitre commence avec des phrases de « sagesse ». Je vous en livre quelques unes et vous allez vite comprendre !

 

 

"C'est sous les mers les plus profondes que bouillonnent les volcans."

 

"Un reflet clair à la surface de l'eau recouvre une vérité profonde"

" Du sang dans l'eau brouille les images que reflète la surface et rend la vérité difficile à supporter."

" Plus l'eau semble calme en surface plus elle est profonde"

"Une seule impureté dasn l'eau suffit à en détruire la perfection"

 

etc.


Bref le "héros" appartient à une sorte de religion tibétaine qui tire sa sagesse de l'eau...c'est profond...

A défaut de l'être , le mot revient souvent!

 

IL est beau, riche et solitaire.

ELLE est belle, riche et solitaire.

Ils sont "blessés" et renoncent à leur( GRÔÔSSE )  entreprise et à leur pouvoir pour devenir l'une libraire, l'autre marchands de...farces et attrapes! si! si!

on y croit!

 

Une vague intrigue policière .. un énorme zeste de philo de bazar hindouiste...emballez , c'est pesé

 

Chacun se méfie de l'ÂMOURRRR....

Vous devinez la fin..ça prend quand même 280 grandes pages!

 

En fait ce qui m'interesse c'est la RECETTE 

Non non ! je ne vais pas en écrire! surtout avec ce style LOURD..euh ...je veux dire : PROFOND!

Et j'avoue: je n'ai pas pu tout lire! j'ai tourné de plus en plus de pages et de plus en plus souvent..

La fin? ils décident d'avoir un enfant..c'est-y pas beau ?

Faut dire qu'après Kingsolver, Lansdale,Magnan...ce bouquin ne pouvait que m'agacer!

 

 


 

Ca joue et ça marche sur des difficultés relationnelles actuelles bien réelles qu'on peut lire sur divers supports: forums psy, revues psy, socio...qu'on peut voir autour d enous ou qui  peut nous concerner personnellement.

 

En effet, les gens sont de plus en plus individualistes et de plus en plus seuls; ils ont de plus en plus de mal à se lier, à se livrer.( environ 50% de célibataires à PARIS, 1/2 mariage s'y termine par un divorce... moins en province !ouf! "qu'un" tiers , je crois )

On surinvestit une sorte d' AMOUR idéalisé... ce sera L'homme/LA femme parfaite ou rien! on n eveut pa scomposer avec cette réalité : le partenaire parfait n'existe pas.

Accepter qu'aimer, c'est se livrer, être influencé, dépendant ni trop ni trop peu, accepter d'être vulnérable, blessé parfois etaussi rejeté abandonné...oui ..c'est une prise de risque.

Accepter qu'on n' a rien sans rien...

 

Beaucoup de ces bouquins jouent sur ces peurs, cette quête : ils captent ainsi un large public

Et..ma foi..si ça peut aider ..pourquoi pas ...

(moi je craque bien sur les histoires d'A.....mitié!)


Sauf si après lecture on regarde son/sa compagne de travers: il/elle n'est pas riche... Ce n'est pas ou plus  un canon...Il n'est pas toujours zennnnnnn

Il laisse trainer ses chaussettes ( ja-mais dans ce type de roman il n'y a de trucs comme ça!).

 

bon je vais passer à autre chose!

au four j'ai:

"on peut le faire "de J Généreux : économie et politique! ouille!

"les revenants" un roman réaliste qui me parait  cruel sur les universités américaines. Je commence seulement.

 3 bouquins de la bibliothèque... sais pas ce que c'est! une bonne surptise sur les 3 ? ce serait chouette!

 

En attendant

Demain on fait notre 1er repas de" bout de rue"( on sera une dizaine) ...j'ai des trucs à préparer!

Je vous raconterai! je n'ai jamais fait ça! 


à suivre!




 

Repost 0
Published by emjy - dans lectures
commenter cet article
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 18:03


Une suggestion de quelqu’un qui a du temps pour rêver…

Suite de l’article d’hier !

 

A la lecture de livre « le cercle littéraire des épluchures de patates » et à la suite de notre projet de  repas de quartier de samedi, je me suis mise à rêver …

Chacun dans sa maison…au mieux, « bonjour, bonsoir »…parfois rien.. Certains voisins sont « sourds » et « aveugles » …enfermés derrière de hautes haies.

 

Ou alors ce sont les cancans…

 

 

 

 

 

 

917425_monkeys.jpg

 

Je rêve de rencontres où on ait quelque chose à faire et à dire…

Alors pourquoi pas un cercle littéraire des tartes aux myrtilles ?

 

Chacun lirait le livre de son choix et une fois par moi/squinzaine on se réunirait le soir, un aprèm, pendant petites vacances ou autre... autour d’une tarte d’un gâteau, d’une tisane ou bière, cidre, café etc … et chacun son tour parlerait de son bouquin : ça donnerait lieu à des échanges d’idées…

Ce serait sympa…

 

 

reve-2-copie-1.jpg

Un rêve seulement ?

 

 

 

Et vous ? Ça vous dirait ?

Je vais aller proposer ça à ma bibliothèque préférée !

 

Mais …bon ! C’est un roman !

On y invente des gens ad hoc…

Pas de mesquineries, de jalousies, de lâchages..

La parole qui ose se dire

 

Dans la vraie vie ...  hum !

Sans compter que dans ce roman, le cercle se constitue dans des circonstances dramatiques qui soudent les personnages entre eux

 Et le fait d’avoir rencontré le malheur extrême met de côté le reste …on devient plus cool…plus tolérant…plus vrai quoi !

 

 

1178513 samaritan

Enfin !

On peut quand même rêver non ?

 

 

 

pieds.jpg792553_peace_and_love_human_sit_down.jpg

Repost 0
Published by emjy - dans lectures
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 00:00

stock-photo-17024274-rocky-coastline-of-guernsey.jpg

 

 

 

 

 

1 ) le livre

2 ) plaidoyer pour les petits garçons

3 ) propositions

 

 

 

 

Le cercle littéraire des amateurs d’ épluchures de patates

 

 

depositphotos_3286391-Autumn-grazing.jpg

 

L’histoire

Fin de la guerre : 1946

Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman.

La lettre d'un inconnu, un natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir.

Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet découvre son monde et celui de ses amis - un monde insoupçonné, délicieusement excentrique.

 Celui d'un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d'une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates.. .) délices bien évidemment strictement interdits par l'occupant.

Peu à peu, la jeune femme  en correspondant avec les membres du cercle  découvre l’histoire de l’île et finit par s’y rendre...

 

stock-photo-17007800-rugged-coastline-of-guernsey.jpg

Mes impressions :

 

J’ai beaucoup appris sur l’occupation allemande dans les îles anglo-normandes, outre le charme des descriptions, des personnages.

Au début j’étais un peu perdue par la forme épistolaire : il fallait être attentive à qui écrivait et à qui…puis on s’y fait !

J’ai adoré le style de la prétendue Juliet !

 

Les auteurs sont  2 femmes : Mary Ann Shaffer et sa nièce  Annie Barrows qui écrivait des livres pour enfant. C’est son unique roman .elle est décédée  en février 2008, avant la parution .mais elle a appris que son roman allait être publié et traduit en plusieurs langues.

 

 

 

 

 

stock-photo-14363879-harbour-panoramic.jpg

 

 

stock-photo-16655326-map-of-the-channel-islands.jpgstock-photo-17007761-rugged-coastline-of-guernsey.jpg

 


Attention coup de gueule !!! 

plaidoyer pour les garçons!

 

Je me rends compte en parlant de mes lectures qu’un certain nombre de livres ( pas Lansdale ni Magnan)  sont écrits par ,mais surtout pour des femmes : ils parlent au nom de femmes. Ça me rappelle que j’avais lu un jour que la majorité des lecteurs sont…des lectrices !

 

D’ailleurs, en vendant mes bouquins professionnels sur Amazon j’ai constaté que la majorité des acheteurs étaient des acheteuses !

 

Alors les mecs ?

(Ça ne te concerne pas , toi le vélocipédiste couché… tu te reconnaitras ! tu sembles être l’émergence de l’homme nouveau ! bravo à ta mère ! )

 

Est-ce parce que les romans ou mes bouquins de psycho en l’occurrence, font appel aux émotions, aux sentiments, aux ressentis ? à l’introspection ?

 peut-être autre chose que vous allez me faire découvrir!

j'attends vos opinions:

 


En ce cas , jusque quand les garçons vont-ils être éduqués à réprimer et ensuite nier leurs émotions ?

Marre ! Et ce sont les FEMMES qui , encore aujourd’hui hélas trop souvent, élèvent quasi seules les garçons !

Alors quoi !


A ce propos lire :


JOCASTE DELIVREE (la Découverte)

De Francine Comte

Maternité et représentation des rôle sexuels


Paru en 1991

QUAND MÊME QUOI ! ça ne date pas d’hier !!

Je le prête si vous voulez!


Et ce n’est pas inné ! non non non !

Stop à ces bêtises ! L’homme sur Mars etc..

 Ainsi mon petit fils de 3 ans à qui on n’a pas interdit (encore et j’espère jamais) de parler de ses émotions , a bien su expliquer et montrer son chagrin et sa colère quand , pour la première fois , il a été séparé de ses parents en passant quelques jours chez papy mamie !

Il a pu ainsi extérioriser et dépasser son chagrin !

Bravo petit bonhomme ! Continue !

 

Je pense que la vie en général et la vie des couples en particulier gagneraient  beaucoup à ce que ces messieurs admettent qu’ils ont

des émotions , des peurs, des chagrins…et apprennent à en parler !

Sans compter que beaucoup de maladies sont générées , favorisées par cette repression des ressentis

Je vous en reparlerai ! C’est un de mes dadas ! )

 

Pour les images voir google images, vous ne le regretterez pas !

j'ai appris que je n'avais pas le droit de les utiliser sur le blog.


 

Il m’est venu une idée :

Pourquoi ne ferions-nous pas un cercle littéraire ?

Qui est intéressé ?

Faites- moi signe sur le blog ou sur ma messagerie.

Pour le contenu et les modalités, on verra si nous sommes assez.

 

Repost 0
Published by emjy - dans lectures
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 09:40



 

attention! l'article est long:

  • photos
  • comment on a découvert l'assos
  • les croqueurs de pommes   :extrait du site
  • les pommes du supermarché
  • fête des fruits d'automne: info

 

 

 

1355995_untitled_1.jpgpommes-sur-arbre.jpg

 

 

 

 

Quand nous nous sommes lancés dans l’apiculture, nous avons rencontré un apiculteur qui nous a parlé des croqueurs de pommes, association à laquelle nous avons adhéré.

Car je suis une croqueuse de pomme invétérée et je souffre beaucoup depuis que je sais ce qui se passe dans les vergers industriels (voir ci-joint) : je n’achète quasiment plus de pommes qu’aux arboriculteurs locaux dont je connais les méthodes.

Nous conservons les pommes sur des lits de paille ou de sciure et ainsi on en a jusqu’en février.

Après…ceinture ! Je suis presque dans « l’après pétrole » en l’occurrence ! Je mange essentiellement des fruits de saison, ceux que j’ai mis en bocaux ou congelés. .bien sûr je craque aussi encore devant les étals des marchés et supers…

 

Cette association  vise à sauvegarder et réintroduire les variétés en voie de disparition car la grande distribution ne commercialise que quelques variétés alors qu’il en existe des quantités !

 

Sur les conseils de notre apiculteur-croqueur de pommes « conseil », Nous allons tenter de faire du vinaigre de cidre mais nous avons un pressoir riquiqui ! C’est pourquoi faire notre propre jus d e pommes on n’y pense même pas !!

 

Vous pourrez acheter du jus de pommes fraîchement pressées sous vos yeux à la fête des croqueurs qui aura lieu

à Vagney le  15 octobre !

 

 

 

 

image-autorisee.jpg

 

(voir ci-joint)

LES CROQUEURS de pommes®    (copié sur le site les croqueurs de pomme)

Le Mouvement national est né en 1978, sous l'impulsion de Jean-Louis CHOISEL, autodidacte passionné d'arboriculture et de pomologie. Le verger familial de ses ascendants jardiniers à Seloncourt (25) fut détruit par l'urbanisation.
La terrible vague de froid de cet hiver 1978 avec une abondante couche de verglas a écrasé par milliers les arbres des vieux vergers. Pour J.L. CHOISEL, ce deuxième choc a été déterminant pour passer à l'action en mobilisant des bénévoles à la sauvegarde des arbres fruitiers.
60 sections locales avec 7 000 adhérents constituent la force de la sauvegarde des espèces fruitières anciennes

Il se rend compte de ce que la richesse des fruits de terroir n’existe plus chez les pépiniéristes, car la plupart des variétés locales sont interdites de commercialisation, parce que non inscrites au catalogue officiel du CTPS (Comité Technique Permanent de la Sélection). Il découvre la déception, les attentes et la révolte des arboriculteurs amateurs devant l’effondrement accéléré du patrimoine fruitier.

 

(………..)

Plus encore que par des contraintes ou règlements, leur cohésion se trouve assurée :

par un fond écologique commun tourné vers l'avenir : stopper la dégradation, conserver à tout prix le patrimoine génétique fruitier.

par des méthodes de vulgarisation, mais surtout de formation arboricole et pomologique pratiques, utilisant médias et publications.

par des actions concrètes : vergers de sauvegarde, cours gratuits, bourses aux greffons, expositions, participation aux manifestations à tous les niveaux.

 

.....................................................................................................................................................................................................................

 

 

 

 

bon appétit! avec des bonnes pommes "bien d'chez nous" on peut faire plein de bonnes choses!

 

                                                                  table-libre.jpg

compotes

tartes

flans

au four...           1267648 homemade vegetarian pastry

stock-photo-13962704-two-apple-tart-cake-close-up.jpg




...1262475 jonathan libre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

libre-pomme-seule.jpg

 

 

 

 

................................................................................................................................................................................................................

 

 

      -Manger 5 fruits et légumes par jour…disent-ils .

 Pour vivre jusqu’à 100 ans ? MON ŒIL !


 ( article perso paru dans "l'écho des Vosges " en 2010

à ce propos ,avec l'accord responsable dont les coordonnées sont en haut des pages  du journal , vous pouvez ecrire des articles dans ce journal )


     Vous le savez, nous serons peut- être pas champions du monde 2010  en foot, mais, nous allons rester pour longtemps champions toutes catégories pour l’utilisation à l’hectare des pesticides !

 

      En effet  notre président ne vient –il pas de déclarer il  y a peu aux agriculteurs : « L’environnement , on s’en fout » ,encourageant cette profession (d’ailleurs victime en premier lieu de certains cancers liés à leur épandage) à continuer à en asperger leurs cultures ?

 

       Fruits et légumes frais ,en dehors du fait qu’ils sont hors de prix pour les familles modestes (voir les marges scandaleuses des centrales d’ achat et circuits de distribution) sont le résultat de traitements chimiques répétés :les pommes subissent en moyenne 27 traitements avant maturation ! Résultat : ces pesticides sont encore présents sous la peau sur une épaisseur de 5 mm.

 

        Nous préférerions les consommer inégalement calibrés, avec quelques imperfections en tout moins pesticidés, moins mal-traités !

 

        Bien sûr, les groupes industriels de la chimie paient et mobilisent des  « spécialistes ».Ils nous clament tous en chœur  que consommer  ces produits  n’est aucunement nocif à notre santé…MAIS…

 

        Le professeur Belpomme (SIC) ,entre autres,chercheur de longue date et indépendant,a prouvé que les pommes sont certes belles mais pas aussi  « catholiques ou orthodoxes,à vous de choisir ,que celle que Eve offrit à Adam !

 



stock-photo-16115423-vegetable-market-jpg

 

Fête des fruits d’automne

 

A LA GRANDE FOSSE

Dimanche  9 octobre de 10 h à 18h

 

Visite commentée du jardin conservatoire

Exposition de fruits et champignons

Marché de producteurs et transformateurs d efruits

Artisanat

Articles pour enfants : pâtisserie/nichoirs

Expositions : peinture apiculture etc

Tombola –jeu géant

 

      les images insérées sont soit tirées de mes propres albums soit copiées à partir d'un site d'images libres de droit

Repost 0
Published by emjy - dans le quotidien
commenter cet article
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 00:00

Conférence : l’après pétrole( ce sont mes notes…)

ACCROCHEZ VOUS ET STOP AU DENI !!!

 

http://www.apreslepetrole.org/

 

www.avenir-sans-petrole.org


Samedi soir, je suis donc allée écouter la conférence au forum des initiatives.

J’ai pris des notes et je vous en livre quelques unes.

C’était très intéressant et en même temps très déprimant !

Je suis allée ensuite chercher d’autres infos sur Internet : j’en ai copié quelques une aussi

Pour finir sur une note plus gaie : se dire qu’un homme averti en vaut deux et qu’on s’en sortira !le monde sera différent c’est tout… plus de local ce qui resserrera les liens sociaux devenus quasi inexistants.

 

 

 

 

 

 

 


Avant la « civilisation du pétrole » il y a eu la civilisation du bois qui a failli décimer totalement les massifs forestiers.

Cette ressource a été gaspillée sans retenue pour :

Le chauffage

Les façades des maisons qu’on recouvrait régulièrement de sortes de tuiles d e bois nommées essies.( je ne connais pas l’orthographe de

 ce mot)

Le flottage

Les outils agricoles, les sabots.

 

Les industries : elles fonctionnaient au bois, et  au charbon de bois.

Les faïenceries et cristalleries, coutelleries dans les Vosges en ont été friandes.

Il existait des bouches à feu, des forges un peu partout :

Ainsi  les forges de Grimont, en 1804 ont brûlé 45000 stères (on disait cordes : 72329 cordes)

La Trouche : 160 stères

La Salle :145 000

Il y avait aussi des forges à Mortagne et à Etival.

A Senones on se mit à utiliser la tourbe détruisant ainsi le biotope.

Les années qui ont suivi la révolution ont vu s’accélérer  le pillage des forêts : il fallait fournir les armées. 

 

En 1810 on atteignit la pénurie..

Du 16 ème siècle au début du 19 ème, ce furent des dégâts continus.

Actuellement il n’y a jamais eu autant de forêt dans les Vosges !

 

On reparle de nouveau de l’energie bois  mais il est nécessaire d’anticiper pour ne pas répéter les mêmes erreurs !

En fait, une fois qu’on a trouvé un truc on fait comme si c’était inépuisable !

 

Actuellement le chauffage à bois dans les Vosges utilise  150 000 stères

Si on remplaçait toutes les énergies par le bois en Déodatie, il faudrait…8 ans pour détruire la forêt !

 

Le pétrole :

 

En fait c’est une roche sédimentaire.

Il a fallu 10 millions à 1 milliard d’années pour qu’il  se forme.

pour extraire l’huile de schiste dont on parle beaucoup, il s’agit d’aller fracturer cette roche qui ne s’est pas liquéfiée, là où elle est, très profondèment.

Depuis 40 ans on sait ce qu’il reste comme réserves.

 

 

Quelques chiffres (au niveau mondial)

(La France importe  98% de son pétrole)

 

Actuellement quand on consomme 4 barils ( B), on en découvre 1

Le pic de production* a été atteint en  2011

On a consommé 1200 milliards de barils

on produit chaque jour 88 millions de B : ça équivaut à la surface d’un département sur un mètre d ehauteur

 

au mieux il reste 45 ans à consommation constante : en 2055, il n’y aura plus de pétrole.

Mais en fait ce calcul est faux et illusoire !

Car on oublie que l’extraction est de plus en plus difficile voire impossible

 

Le pic du pétrole conventionnel ( celui des puits en geyser en gros) a été dépassé en  2006

 

Les pics des autres energies et matières premières sont aussi atteints le seront bientôt :

2030 : le gaz

2055 : le charbon

2015 : les agro carburants

2040 : l’uranium

Le pic est dépassé pour le phosphate,

2011 : l’or

2020 : le cuivre

 

Dans 5 à 10 ans la production de carburant liquide baissera de 1 à 4 % par an..

 

Si on devait remplacer le pétrole par l’électricité), il faudrait construire 70 à 300 réacteurs par an.

 

Si on voulait remplacer le pétrole par les énergies alternatives (éolien, solaire), il faudrait en 2030  trouver la production de  4 Arabies saoudites.

 

Il faut 500 B de Pétrole pour fabrique rune éolienne

Plus encore pour un panneau solaire

 

 Les agro carburants outre les problèmes que cela pose par ailleurs, ne pourront fournir au mieux que 6 milliards de barils par jour.

 

L’hydrogène ne peut être une alternative ; elle aurait un rendement de 2 à 8 % tant les difficultés de production , de transport et de stockage sont un casse tête

 D’autre part la pile n’aurait une autonomie que de  300 heures, sachant qu’elle serait très chère..

 

1kg de pétrole : 9000 kw

1kgde batterie électrique : 80kw

 

Ce que nous apporte l’essence

un luxe et unconfort de vie qu'on ne soupçonne plus!


1 l d’essence  dans une pelleteuse = 800 terrassiers pendant 8 heures

 

L’énergie représente 26% des charges d’une ferme ( 50% pour les grandes exploitations)

 

La croissance suit la courbe du pétrole, le coût des produits alimentaires aussi

 

un pot de yaourt parcourt  9500 kms pour être fabriqué ( pot/étiquette/contenu) : l’essence ne coûtant pas cher on peut déplacer les objets et les gens facilement !)

 

Un consommateur parcourt  2500kms par an pour se rendre au supermarché.

La distance moyenne entre l’usine et le consommateur est de 650kms…

 

Conclusion :

Il va falloir changer notre mode de vie

Relocaliser les cultures, les usines

Changer l’habitat

Les déplacements en favorisant les voies ferrées : un cheval tire  2 tonnes sur une route, 10 sur des rails…), les transports collectifs

Rapprocher les producteurs, commerces du consommateur.

Trouver des moyens de vivre moins énergétivores

Se soigner autrement (beaucoup de médicaments sont faits à partir du pétrole

Manger autrement en favorisant les produits locaux et de saison.

Et …il va falloir être inventifs !

Et sortir de l’individualisme !

 

PUREE ! ON VIT COMME DES PACHAS ! Il parait qu’on utilise environ 120 esclaves virtuels  qui pédaleraient  pour nos appareils divers et nos voitures !

 

*c’est le moment où plus aucune compagnie en peut augmenter sa production

 

 voici ce que j'ai pêché sur internet

 

 

Blog après le pétrole

 

Alors que les quantités mondiales de pétrole consommées sont de plus en plus importantes, celles qui sont découvertes le sont de moins en moins : actuellement, nous découvrons chaque année deux à trois fois moins de pétrole que nous en consommons. Cette tendance ne peut se prolonger indéfiniment... Et si le pétrole a déjà connu plusieurs crises, il semble que celle qui nous attend soit d’une ampleur inédite et arrive bien plus tôt que nous ne l’imaginons généralement…Comment la situation peut-elle évoluer ? Quand risquons-nous d’être confrontés à une pénurie ? Qu’est-ce que le pic de production du pétrole ? Et surtout, comment et avec quelles énergies alternatives appréhender, anticiper et vivre cet « après-pétrole » ? Voici les questions auxquelles La Vieaprès le pétrole tente de répondre de manière didactique et accessible notamment grâce à des schémas commentés et des encadrés.

 

Alternatives économiques

 

·        Le mois dernier, Christophe de Margerie, le patron de Total, a jeté un pavé dans la mare déjà bien agitée du marché pétrolier. Il a annoncé que, de l'avis de sa compagnie, la production pétrolière allait plafonner à partir de 2020 à 100 millions de barils par jour, puis se mettre à décroître. Contrairement aux prévisions plus optimistes d'autres acteurs, comme l'Agence internationale de l'énergie, qui prévoyaient une poursuite de la hausse de la production jusqu'en 2030.

 

 

 

·        Au travail, à la maison, en vacances…, le pétrole est partout et imprègne fortement tous les modes de vie d'un pays développé comme la France. Tour d'horizon des quatre secteurs où l'après pétrole pose les défis les plus difficiles.

Les transports Quelques chiffres permettent de comprendre l'ampleur du problème: en 2003, les transports absorbaient à eux seuls près de 58% du pétrole consommé dans le monde, contre 42% trente ans plus tôt. En France, la demande d'énergie dans ce secteur a doublé sur cette période, tandis que celle de l'industrie reculait de 8%. L'existence d'un pétrole bon marché et abondant a permis le développement du tourisme, l'éloignement croissant entre lieu de travail et domicile, la naissance du juste-à-temps et la mondialisation des échanges de marchandises.

·        L'ère du pétrole abondant et bon marché prendra fin dans dix ou vingt ans. Ce qui laisse peu de temps pour s'y préparer.

Est-ce le signe d'une accalmie? La Chine a annoncé fin janvier avoir réduit sa consommation de pétrole de 0,5% en 2005, alors qu'elle avait augmenté de plus de 15% en 2004. Si le phénomène se vérifie, on serait alors tenté d'oublier que la consommation massive d'hydrocarbures n'est plus soutenable à cause du changement climatique. Et que de toute façon, l'ère du pétrole abondant et bon marché prendra irrémédiablement fin avec sa raréfaction d'ici une ou deux décennies. Quand la transition vers un autre régime énergétique demande entre trente et cinquante ans. Bref, il est plus que temps de s'atteler à la tâche, d'autant que la technique ne permettra pas de résoudre tous les problèmes.

 

Site :


Idées anti-autoritaires pour l'adaptation à la décroissance

www.apres-petrole.com/ -

 La décroissance sera subie ou ne sera pas

vendredi 15 avril 2011, par Herodote46

Ainsi, il y a fort à parier que le thème de la décroissance sera absent des débats pré-électoraux, d’autant que cette candidature a déjà eu le regrettable effet d’auto-éliminer celle d’Yves Cochet, dont l’intelligence et la compétence sont ainsi sacrifiées sur l’autel du réalisme politique. Qu’un homme comme lui, fermement convaincu de l’imminence et de l’inéluctabilité de la confrontation de l’économie capitaliste et de la réalité géologique, c’est à dire en termes clairs de la proximité du moment où la demande mondiale d’hydrocarbures deviendra supérieure à la capacité mondiale de production tous robinets ouverts, puisse choisir l’option hulot signifie qu’il ne croit pas un instant à la réceptivité de l’opinion publique dans un discours radical sur la décroissance. C’est peut être dommage, mais c’est sans aucun doute la vérité vraie, ou tout du moins celle qui peut se constater en observant attentivement le comportement quotidien de Monsieur tout le monde. L’idée selon laquelle il serait possible d’influencer le mode de pensée dominant du consommateur moyen dans un sens l’amenant à se détourner progressivement et volontairement du système industriel développé pour se rapprocher avec délice d’un système dit « frugal », où il s’auto-dépouillerait de l’essentiel de ses « biens » matériels en échange d’un accroissement possible de ses « liens » immatériels, se heurte visiblement à un mur d’incompréhension auprès des opinions publiques.

Mais c’est surtout parce que les principaux arguments des décroissants ne s’enracinent pas dans la vie réelle et qu’ils procèdent essentiellement d’un raisonnement prospectiviste, qu’ils n’ont pas d’impact sur les masses populaires. En effet, il n’existe pas d’exemple historique que les peuples aient modifié en profondeur leur façon de vivre (cela s’appelle une révolution !) en fonction d’évènements à survenir, sauf à y être contraints par un pouvoir totalitaire s’arrogeant le monopole de la détention de la « Vérité ». Les gens des pays de l’ex-bloc soviétique ont déjà donné dans le concept de la « génération sacrifiée » et en sont revenus de la manière que l’on sait. Il semble donc illusoire de penser qu’un groupe d’intellectuels, même plus ou moins scientifiques, et prétendant détenir une information capitale sur la planète (même si cette information est exacte) puisse convaincre les populations d’engager volontairement un processus contre-nature humaine, à savoir refuser l’essentiel du progrès technique et enclencher la machine à remonter le temps moderne. Car il s’agit bien là d’un processus contre-nature ! Toute l’épopée humaine est jalonnée d’acquisitions de biens et toutes les études sur la personnalité fondamentale de l’espèce confirment que celle-ci est naturellement portée vers les phénomènes d’accroissement, d’accumulation, d’amélioration, etc….. bref, en un mot, de progrès matériel !

Nous ne trouverons pas un seul exemple dans l’histoire venant contredire cette réalité. Rien n’empêche toutefois de rêver et de penser que les choses pourraient se passer différemment aujourd’hui. Mais ce serait faire preuve de beaucoup de suffisance au regard du passé, qualité dont les scientifiques et technocrates actuels ne sont pas dépourvus, pour la simple raison qu’ils l’ignorent tout simplement. Comment imaginer que le citoyen de base des pays développés puisse renoncer volontairement à ses déplacements quotidiens en automobile, le vacancier ordinaire délaisser sciemment ses voyages discounts en avion, le consommateur se détourner ostensiblement des produits bon marché issus de la mondialisation, ou l’agriculteur revenir résolument à la traction animale ?… Et si d’aventure, ce genre d’idée lui venait subrepticement à l’esprit, elle serait vite balayée par la crainte que toute l’énergie ainsi économisée soit alors rendue disponible pour une utilisation chinoise, indienne, brésilienne ou indonésienne.

C’est ainsi que les décroissants qui prônent la joie de vivre dans la frugalité s’enferment eux même dans un sectarisme sympathique, mais politiquement fatal. Ce courant, abondamment et justement stigmatisé pour sa démarche petite-bourgeoise, rectifiée caprice-de-riches et améliorée bo-bo des villes, mérite toutefois le respect, surtout si leurs protagonistes allient l’acte à la parole et s’en vont décroîsser tranquillement en quelque lieu sans attendre que le pays tout entier les suivent, ce qui reste toujours possible, et d’ailleurs réalisé par les hippies en 68 dans les Cévennes pour leur plus grand bien et leur plus belle gloire, et nonobstant l’idéologie consumériste déjà dominante de l’époque.

La décroissance volontaire de masse n’est donc pas pour demain même si cette démarche pourrait sembler la logique même dans un contexte de diminution inexorable de la production de carburant fossile et de l’impossibilité pour les énergies alternatives de remplacer à l’identique chaque TEP (tonne équivalent pétrole) manquante.

Bien entendu, si nous croyons dur comme fer (dont la fin est annoncée pour 2087), au transfert de l’énergie de stock (fournie gratuitement par la dot terrestre) vers quelque chose d’autre avec lequel nous pourront fabriquer de l’électricité, qui elle même pourra faire voler les avions, rouler les poids lourds, propulser les tracteurs agricoles et nourrir les voraces engins de BTP, il n’y a aucune raison objective de s’en faire pour l’avenir de notre civilisation industrielle et de notre mode de vie consubstantiel.

Et comme l’immense majorité des populations reste imprégnée de cette croyance religieuse des temps modernes en la non réversibilité des avancées technologiques, le doute énergétique ne parviendra certainement pas à s’insinuer dans les consciences collectives avant qu’une réalité visible à l’œil nu ne s’impose à nous. Cet évènement pourrait bientôt survenir et constituer l’an 1 d’une nouvelle ère, celle d’après le jour où, sans espoir d’inversion de tendance, la demande mondiale de pétrole sera, pour la première fois, devenue supérieure à la capacité de production de l’ensemble des champs d’hydrocarbures du monde entier. Ce jour là, l’humanité serait bien inspirée, pour marquer le coup, de remettre les compteurs du temps à zéro et de refermer ainsi l’épisode post Bethléem.

La décroissance s’imposerait alors de fait, comme une obligation encore plus qu’une évidence. La question du volontariat ne se poserait plus car la situation serait subie. Pour les décroissants militants, ce scénario serait alors assimilé à un cauchemar car ils sont persuadés que la maîtrise du processus est indispensable pour qu’il puisse se dérouler dans la sérénité, et même dans la joie.

Si les scientifiques gagnent le pari des énergies nouvelles, la décroissance n’aura pas lieu et ces nouvelles divinités auront ainsi affermi leur pouvoir pour de nombreux siècles à venir.

Si les scientifiques échouent, la décroissance sera subie, mais pas forcément dans la douleur et le chaos, car l’homme a encore plus d’un tour dans son sac.

 

 

 

Repost 0
Published by emjy - dans réflexions..
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 09:03

pour la musique je suis submergée! si vous tapez LAC sur deezer...il y en a tant! et pour tous le sgouts! ducoup j'ai fait une orgie!

au choix ou tout en préparant la classe par exemple:

 


 

Pour échapper au canardage des chasseurs dans la forêt derrière chez nous, on a décidé un pique nique sur la voie verte de la vallée de Celles, en vélo.

 

 

 

 

 

 


Si vous ne savez pas comment occuper un prochain dimanche ensoleillé d’automne, je vous incite à prendre auto, vélo et gambettes…DE PARTIR LE MATIN ! si vous voulez contempler le lac encore tranquille...

 

 

 

 


 

Vous pouvez partir de Raon l’étape ou de la Trouche : vous y garez la voiture.

Puis prendre la voie verte.

 

 

 

 

 

 

 

p090807163544 v

 

 

 

 

 

DSC00852

jusqu’au lac de Celles :

 

 

 


vous prenez la voie sur berge à droite puis vous entrez dans Celles après le petit étang.

 

tcm 24-63825 24-62109-64

 

Celles-eglise

 

 


A Celles poursuivre vers la Planée (il y a une méchante petite montée où on met pied à terre s’il le faut pendant quelques minutes)

Puis  récompense ! on est sur le plateau : belle vue sur les prés et la forêt au loin avant d’arriver à « simplement nature » où on peut s’arrêter pour boire ou déguster une glace artisanale ou pique niquer

 

 

celles


Vous continuez la voie verte et contournez la scierie de la  Hallière en cours de reconstruction,

Et vous arrivez à l’embranchement :

Les noires Colas , Bionville en face et Badonviller , les Colins à gauche : prendre à gauche puis quelques centaines de mètres plus loin encore à gauche direction : la Menelle .

C’est aussi indiqué FROMAGE car il y aura à votre droite une grosse ferme dite ferme du fer à cheval en raison je suppose de sa forme . Vous verrez même les chèvres dans les prés .

Vous pouvez y acheter fromages de chèvre (sur le marché  de Raon aussi le samedi matin) et bière maison. (non !  je ne suis pas actionnaire !)

 

Continuez et passez devant Les Colins un hameau, puis à la Menelle, route bordée de charmantes maisons (si j’avais connu j’aurais bien aimé y habiter !) .ça descend… c’est sympa !

 

cdbed2d3-66cd

 

Plus loin vous prendrez à gauche : ça remonte vers Celles.

Vous n’entrez pas dans Celles vous prenez le bord du lac côté Basse de Para,avec ses  charmantes maisons dignes d’un album pour enfants…

Puis vous repartez vers Raon par la même voie verte.

 

Vous pouvez bien sûr faire la voie verte jusqu’à Raon sur Plaine au pied du Donon ! nous on a déclaré forfait ! On l’a fait une fois en vélo cependant et il y a un endroit que je vous recommande : le Halbach , tout petit hameau bien caché dans une clairière ! Dépaysement assuré !

 

p090807171308 vDSC0084440827764p090807161154 v

 

 

Gîte – Ferme Simplement Nature

 

celles


Description


Situé sur la commune de Celles sur Plaine : 
Nbre de chambres :dortoir
Capacité : 15 personnes

Simplement Nature est une petite  exploitation agricole  de plantes aromatiques et médicinales. Située dans la vallée de la Plaine, à la Planée (Celles sur Plaine), près du Lac de Pierre Percée, au pieddu Donon.
Nous cultivons, séchons et transformons nos plantes que vous trouverez dans notre point de vente sous forme de tisanes, sirops de plantes, confitures, sels aromatiques, vinaigres…

A la ferme, vous trouverez aussi des produits naturels :

 Huiles essentielles,

Savons,

Miels,

Thés…


Notre terrasse et notre véranda vous attendent pour déguster tous nos produits sous forme de « goûters natures » à la carte.
Vous trouverez nos vautes (crêpes épaisses)  à la myrtille, à la rose, à la framboise… tisanes, sirops, glaces aux fleurs et aux plantes…

 

Vous pourrez y venir :

- à pied dans le cadre de vos randonnées (nombreuses randonnées environnantes. GR533 à proximité),
-à vélo par la voie verte de 30 km qui rejoint Raon l’Etape au pied du Donon
-à cheval puisque nos écuries sont disponibles pour l’accueil de vos chevaux en boxes ou au paddock.

 

 HE NE QUITTEZ PAS 

Y A ENCORE DE LA MUSIQUE!!!!

 

 

 

 

et mon grand copain: BOURVIL
à defaut d'avoir envie d'y aller vous aurez peut-être eu envie d'aller chercher de la musique! 'ya c'qui faut" n'est-ce-pas?

Repost 0
Published by emjy - dans le quotidien
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 18:27

 

 

 

 

en vérifiant sur le blog, j'ai constaté que ça ne passait pas ! je rmets donc ça!
voici avec bien du mal une partie de la scène du crima avec abeilles! fallait y penser! la scène prend plus d epage stant Magnan s'attarde à décrire la maison, les états d'âme du dormeur et de sa femme!
image0-1

 

 

 

 

image-copie-1.jpg

 

 

image-1-copie-1

Repost 0
Published by emjy - dans lectures
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 16:55

J’aurai fait le maximum pour vous donner envie de lire Magnan !

Voici quelques photos…et un air de Schubert…

Bonne balade et bonnes lectures  ou re-lectures !

Et si vous ne savez pas où aller en vacances…l’an prochain…

Digne…Forcalquier…Sisteron avant de descendre plus au sud…

 

une scène m'a marquée .
dans "la maison assassinée" un aire de piano s'échappe d'une  fenêtre d'un château provençal...

thumb_montagne_lure1.jpg

magnan-2063---02.jpgle col des Escrinets: "le parme convient à Laviolette " et autres romans...

22.jpgAlpes de haute provence

 

 

280px-Vieux_pont_et_tunnel_a_Barles.JPGbarles 1

 

 

clues_de_barles_verti_42k.jpg clues-de-Barles-jpg4jpg-jpg-2741965-L.jpg

 

 

barles le cadre des " courriers de la mort"

 

 

digne-les-bains-pour-site-bis_1.jpgdignes-les-bains-4.jpg

 

Digne les Bains où habite Laviolette et où Magnan vécut son enfance.

Il dresse un tel portrait de la ville qu'on a envie d'y aller  voir!

 

Lavandes5-ecran.jpg

 

Ntre-dames-de-Lure4.jpgla montagne et la chapelle de Lure au dessus de Sisteron, cadre du roman:

" les charbonniers de la mort"

ne commencez pas par celui la!

c'est le plus "hard"


5563946176_60c2d52e73.jpg

Repost 0
Published by emjy - dans lectures
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 19:22

j'ai des déboires pour vous faire lire l'épisode promis avec le sabeilles! j'essaierai encore demain


 

  3 petites notes de musique en hommage à Cora Vaucaire qui vient de nous quitter.

 

 

C’était fin  août 1995.

Nous avions loué un gîte sur les hauteurs d e Nice.

Entre 2 excursions et baignades, nous aimions flemmarder en bouquinant sur la terrasse, au frais , sous une tonnelle à l’ancienne recouverte de kiwis.

On cherchait des romans un peu couleur locale : ce fut Pierre Magnan : le tombeau d ’Helios et les courriers de la mort.

On s’est passionné de suite : le style, le cadre, l’atmosphère très particulière de ces romans nous ont captivés.

 

De retour chez moi, j’ai tout acheté ou emprunté à la bibliothèque.

Ce fut une période Magnan !

 

J’aime Magnan pour le cadre : les Alpes de Haute Provence ex Basses Alpes ; pour le style, les personnages hauts en couleur, le monde paysan d’autrefois, les ambiances villageoises mais aussi pour l’originalité  des intrigues qui trouvent souvent leur origine dans un passé plus ou moins lointain.

J’ai lu et relu les romans avec l’atlas à mes côtés et en  2004, nous avons loué à Sisteron et nous avons fait notre chemin Magnan.

 

Il y a la série du commissaire Laviolette :

Dans le désordre

Le commissaire dans la truffière

Les courriers de la mort

Le secret des andrônes

Le sang des Atrides

Le tombeau d’Helios

Le parme convient à Laviolette

Elégie pour Laviolette

 

Les romans ou nouvelles avec le père de LAVIOLETTE ou situés fin XIX ème début XXème

La folie Forcalquier avec la description de l’herboriste  un peu charlatan qui sillonne la montagne avec un corbillard relooké !

Les charbonniers de la mort : à vous donner des frissons !

J’ai beaucoup appris d’ailleurs !

J’ai retrouvé la chapelle décrite dans le roman ! Hélas mon appareil photo m’a laissée en rade ! J’y retournerai un jour ! Sûr ! Imaginez une chapelle perdue dans la forêt  d’une montagne perdue des Alpes du sud  la montagne de Lure) : un mélange d’arbres du midi et d’ici : hêtres et autres feuillus, le tout baignant dans la lumière dorée et chaude d’un après-midi d’été !: à demi en ruine( elle était alors en cours de rénovation ) ,une fontaine ;  devant poussent de magnifiques tilleuls : ce jour là ils étaient en fleur set embaumaient ! les abeilles bourdonnaient à qui mieux mieux… c’était enchanteur !

Dépaysement assuré !

Les secrets de Laviolette : 4 nouvelles qui flirtent avec le fantastique

Surtout l’arbre

C’est un arbre sensé annoncer la mort prochaine de ceux qui passent dessous. Seuls les autres voient l’arbre flamboyer, pas le mort présumé ! Ça entraîne une aventure croquignolesque à souhait !

 

Il y a aussi :

La vie de Séraphin Monge

La maison assassinée rendue célèbre par le film où P. Bruel incarnait Séraphin.

L’amant du Poivre d’âne.

Et d’autres…

L’un d’eux que je me promets de relire évoque l’enfance de l’auteur à Digne.

Il m’a marquée car il décrit un univers disparu ,contemporain de celui de mes parents et grands parents, mais pas si lointain.. Les années 1920/30 avant notre société du tout jetable… je me dis que cette façon de vivre sera peut-être,  par obligation  proche de celle de nos descendants et qu’elle n’a pas que des défauts au contraire, bien que je ne sois du genre à dire qu’avant tout était mieux (surtout pour les femmes et les enfants !)

Ça se passe à Digne et ça donne envie là aussi de visiter !

Merci à ces romanciers qui, nous obligeant à les lire avec un atlas, nous font ainsi voyager !

Je pensais l’aimer pour son monde à notre mesure, sans tohu-bohu, sans le tout bagnole. Parce que je l’ai un peu vécu aussi..

Mais pourtant mon fils lui aussi a été pris par le charme de ces livres.

 

 

Magnan nous ouvre un univers poétique, cocasse parfois coquin, acide critique, nostalgique sans mièvrerie.. Vraiment un bonheur !

Il s’est inspiré de Giono. C’est tout dire !

Il vit encore je crois, à Fortcalquier dans un pigeonnier aménagé.

 

Je n’ai pas aimé par contre ses premiers romans dont :

 Périple d’un cachalot que je n’ai jamais pu lire en entier !

 

2 romans ont été portés à l’écran avec Victor Lanoux incarnant Laviolette : je trouve que c’est bien trouvé.

Hélas rien ne pourra remplacer les livres : comment reproduire un style ?la complexité des histoires racontées ? Les monologues des personnages ? Les allers et retour dans le passé ?Et s’il fallait filmer les paysages évoqués ? les films reviendraient plus chers…alors c’est fait à l’économie.

 

Je fais la même critique pour la plupart des livres que j’ai lus et qui ont fait l’objet de téléfilms.

Je vous parlerai un jour peut-être du commissaire Montalbano que je trouve raté à l’écran !

(Les livres de Camilleri sont presque un plat à savourer … il sont totalement trahis par les films !)

 

 

Repost 0
Published by emjy - dans lectures
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 00:00

gwt180052.jpggwt180011.jpgDepuis fin août, je me suis plongée dans des bouquins, qui, tout à ait par hasard concernent les USA et plus particulièrment  le sud. ça va de  1930 à 1990...j'ai été accro et j'en ai lu  5 en même pas un mois.

je vous ai parlé des 4 premiers ( Barbara Kingsolver- Joe Lansdale )

le dernier : charleston sud s'apparente pour moi à une sorte de conte...trop beau pour être vrai et par la même, captivant.

je vous joins une critique glanée sur un blog dont je n'ai pas gardé les cocordonnées.

je souscris complètement.

Moi ,ce qui va m'en rester c'est l'envie de visiter cette ville!

J'ai cherché quelques photos .

 

et...un peu d'accordéon pour l'amie qui se reconnaitra!

 

 

conroy1.jpg

 

 

gwt180010.jpg

 

gwt180065.jpg

 

ces  5  romans resteront pour moi un souvenir précieux , des amis de papier : ils auront accompagné et facilité cette période que j'appréhendais.

je me trouve la plus heureuse des femmes grâce à ma boulimie de lecture.

comme je plains ceux qui n'aiment pas lire! ou qui n'en ont pas le temps!

on n'est jamais seul avec un bon bouquin.

quand il est trop captivant, on a cependant une sensation de vide à la fin...un manque..jusqu'au prochain !

 

A la bibliothèque où je suis allée cet après midi, jai recherché le Magnan ( le Parme sied à Laviolette) ,où il y a cette scène  de meurtre avec des abeilles! je vous scanne ça demain!


Charleston Sud – Pat Conroy

Charleston, Caroline du Sud. Un homme raconte l’amour qu’il voue à sa ville et l’amitié qui le lie à quelques autres habitants, plus ou moins ancrés dans cette ville. Alors qu’il finit son année de première au lycée, il rencontre un certain nombre de jeunes gens qui vont bouleverser sa vie. Trevor et Sheba, les jumeaux excentriques, Starla et Niles, le frère et la soeur venus des montagnes pour échouer dans leur xième orphelinat, Chad et Molly, rejetons pure souche de l’aristocratie locale, Betty, orpheline elle aussi et Ike, partenaire d’entraînement. Ces neuf là, le narrateur compris, ne se sépareront jamais longtemps.

Il me semble impossible de résumer ces huit cents pages racontées par Leo King, autrement appelé Crapaud, car il n’est pas très beau et porte de grosses lunettes. Il est le pilier de la bande, celui sur lequel on peut toujours compter. Pourtant, ça démarre plutôt mal pour lui car c’est un enfant mal aimé par ses parents âgés et parce qu’il a perdu jeune son frère bien-aimé qui s’est suicidé (ce ton mélodramatique est celui de tout le roman).

Ce roman ressortit au genre « grandes sagas » comme les Américains savent si bien les écrire. Pat Conroy a choisi une construction originale et peut-être déroutante, en alternant les époques : l’adolescence avec l’été qui suivit la fin de la première, et trente ans plus tard, quand les couples qui se sont formés à l’époque sont toujours là, en plus vieux. Quand dans la deuxième partie, on retrouve les protagonistes vieillis sans savoir du tout ce qui s’est passé dans leur vie, c’est assez déroutant, d’autant plus que cette deuxième partie est à mon avis la plus faible du roman. Chacun est devenu ce qu’on imaginait qu’il allait devenir, Sheba en star hollywoodienne, Trevor en homosexuel à San Francisco, Ike en chef de la police locale, Chad et Molly en couple charlestonien on ne peut plus traditionnel.

Pat Conroy a le don des dialogues et de l’ambiance. Ce groupe-là a l’amitié implacable et les plaisanteries parfois impitoyables fusent à chaque page. Ils peuvent compter les uns sur les autres à la vie à la mort, en particulier sur Crapaud qui est l’essence même de l’amitié, l’Ami, toujours là pour eux mais aussi toujours disponible pour autrui. A vrai dire, il en est même lassant et parfois à la limite de la caricature du bon catholique qu’il incarne. Comment croire qu’un jeune adolescent va de son plein gré nettoyer la merde et le vomi d’un vieillard acariâtre, le laver, récurer sa maison, plutôt que d’appeler quelqu’un susceptible de s’en charger ? Bien sûr, Leo est le fils d’une ancienne nonne et il va tous les jours à la messe, mais son personnage est un peu extrême, comme ne manquent d’ailleurs pas de lui faire remarquer ses amis. Il pleure beaucoup, comme les autres hommes du livre d’ailleurs, jamais vu autant d’hommes pleurer…

J’ai lu ce livre avec plaisir en choisissant de ne pas m’agacer aux ficelles et clichés qui le parsèment … Mais tous ces personnages sont vraiment très stéréotypés, trop gentils, trop homosexuels, trop aristocratiques… trop tout pour chacun. Même cette amitié est trop belle pour être crédible : on a envie qu’il y en ait un qui mente, un qui ne tienne pas ses engagements, un qui trahisse, bref, des choses comme dans la vie.

J’ai marché pourtant, je les ai suivis, j’ai eu peur du père tueur qui poursuit ses enfants comme un fou furieux. Parce que j’aime les romans qui ont du souffle, parce que j’aime les grands romans américains familiaux et ledeep south et parce que c’était mon premier Pat Conroy.

 

Charleston Sud

Pat Conroy traduit de l’anglais par Marie-Lise & Guillaume Marlière
Librairie Générale Française (Le Livre de Poche n°32224), 2011
ISBN : 978-2-253-15962-9 – 793 pages – 8.50 €

 

Repost 0
Published by emjy - dans lectures
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de emjy
  • Le blog de emjy
  • : à défaut de pouvoir papoter en vrai avec les ex collègues, les copains copines ou les proches, une p'tite parlote sur tout et rien.
  • Contact

Recherche

Liens