Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 12:14

 

Mettre le feu à la pluie et à une salle enthousiasmée dont les auditeurs ont oublié la pluie, le froid  et la grisaille le temps de cette soirée du 25 mai : voila un dernier concert plus que réussi  d’un très jeune chef qu’on n’oubliera pas.

 MJR 0056

L’Orchestre d’Harmonie d’Etival Moyenmoutier offrait, comme il est devenu de tradition, son concert de printemps dans une salle polyvalente comble et comblée. La bonne vingtaine de musiciens dont Emeryc un jeune batteur très prometteur de  12 ans, jouait à l’unisson sous la baguette de Lucien Jacques, un chef plein de fougue et de  talent.concerts 0072

Le choix des premiers  morceaux tient du symbole nous dit-il, entre la noirceur de « l’aigle noir » et « la vie en rose », avec un solo de trompette et de saxophone  pour dire l’année 2012  où l’orchestre a vécu  bien « des difficultés et des incertitudes » .

On fait un tour dans la savane (circle of life), et dans le sud ( Nino Ferrer) pour se réchauffer un peu , puis dans le cauchemar de Barbara, pour  une fin de première partie en feu d’artifice avec  set fire to the rain ( mettre le feu à la pluie) et Uprising surtout  qui reçut une tempête d’applaudissements.

 

 

 

 

 


 

 

MJR 0055

 

 

 

 

 

 

 

La deuxième partie est passée bien trop vite  après un morceau à la percussion que l’on doit à un professeur de musique,  ce fut satisafaction que les plus jeunes musiciens descendus de la scène sont venus scander dans la salle.

 

 

 

 

très marqué, vif et joyeux , ce fut un pot pourri de 5  extraits de  « police » qui, avec les morceaux suivants tout aussi endiablés ,  électrisa la salle …  le chef d’orchestre semblait tout autant danser que diriger.

L’orchestre de moins en moins fanfare de plus en plus harmonie, se donne des airs jazzy et rock sans pour autant oublier l’émotion.

 

 

 

Le tout fut émaillé de jeux  pendant une distribution de roses aux mères que l’on fête le lendemain et d’un discours ému de Christine Ruyer, la Présidente de l’Harmonie d’Etival : cette  33 ème édition est celle de la dernière fois pour Lucien Jacques qui depuis  fin 2011 a relevé le défi ; notre jeune talent est appelé ailleurs pour ses études: «  tu vas nous manquer » dit-elle et à nous donc ! il faut souligner l’audace des responsables de l’ Harmonie municipale qui on osé confier la direction de l’orchestre à ce jeune homme prometteur qui , à sa prise de fonction fin 2011, avait 17 ans !

 MJR0092Ce concert fut un bain de jouvence, de joie de vivre. Un beau cadeau. Et d’ailleurs personne n’avait envie de rentrer chez soi  ce soir là !

n'aimant pas les fanfares de par leurs instruments et leurs choix d emusique, je m'étais forcée pour aller à ce concert; à cause du journal et parce que c'était le dernier concert de ce jeune chef.

et bien je ne le regrette pas ! j'ai adoré! d'autant que c'était inattendu!  comme c'était son dernier concert,      Lucien Jacques s'est lâché sans doute! et il a bien eu raison! un DVD qui  fixerait cette belle soirée serait bienvenu…

ecoutez les morceaux cités en imagiant que vous êtes dans une salle devant un orchestre , pendant qu'il pleut .... qu'il fait gris ... qu'on en a marre de ce ciel de plomb! 

y'a des médailles qui se perdent non?

 

 

 

Repost 0
Published by emjy - dans le quotidien
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 18:19

175 ans ! C’est une institution !

 

 

ecoles-0009-1.JPG


 L’Institution Saint Marie annonçait fièrement dans toute la ville l’anniversaire de ses  175 ans, qu’elle célébrait ce samedi 25 mai dans les locaux du collège avenue de Robache.

 Pour la circonstance, elle a organisé des expositions, des animations initialement prévues dans la cour du grand collège, mais que,  par prudence, on rapatria dans le gymnase. Le barbecue par contre s’est tenu sous le préau, après un long apéritif qui a permis au personnel de l’Institution, à des anciens élèves, des enseignants en retraite de se rencontrer longuement et d’évoquer de bons souvenirs, souvent émus.    ecoles 0001-1Auparavant une messe a été célébrée en présence de M  Jean Marie Leclerc, vice provincial des Marianistes, de  M l’Abbé Dumenil, Vicaire général , responsable de l’Enseignement Catholique à l’ Evêché , de   M Christian Vacelet Directeur Diocésain de l’ Enseignement catholique des Vosges, et de M Gérard Massoni , président du CODIEC ( Comité Diocésain de l’Enseignement Catholique) ,avec bien sûr les deux directrices, Madame Chagagnan  pour le collège, madame Kleindienst pour l’école .

 

Une longue histoire liée à celle des Marianistes

En décembre  1837, le père Chaminade,( 1761-1850)  fondateur des marianistes promet à l’évêque de Saint Dié, Monseigneur de Jerphanion, d’établir une école primaire  dans cette ville, ce qui fut effectif un an plus tard.MJR0013-1.JPGLa Société de Marie (Marianistes) est une congrégation religieuse catholique masculine fondée en1817 à Bordeaux par Guillaume-Joseph Chaminade  ordonné prêtre en 1785, qui , ayant ,refusé de prêter serment à la constitution civile du clergélors de la Révolution, se  réfugia en Espagne.  Les Marianistes se consacrent  depuis leur  fondation à l'éducation des jeunes, en particulier dans le monde scolaire avec pour principes pédagogiques  de  « vivre dans une ambiance d'esprit de famille », d’ « éduquer dans une perspective de foi », d’ « offrir une éducation intégrale de qualité », de « préparer à servir la justice et la paix », et enfin de « rendre capable de s'adapter aux changements ».

C’est Manuel Cortés , depuis 2006 qui est le responsable des  7 établissements marianistes que compte la France parmi les  38 qui se trouvent en Europe, dont  18 en Espagne, sans oublier les autres continents où les marianistes sont presque partout présents.

 

Une Institution bien vivante

Après la guerre de  1870, l’école compte  501 élèves. La séparation de l’Eglise et de l’Etat entraîne la fermeture et l’interdiction aux frères d’enseigner.   Un frère, Jules Michaud ouvre cependant une école rue de la Bolle  avec  126 élèves et trois classes. Il faudra attendre  1932 pour que l’école connaisse un nouvel essor avec la création d’un cours complémentaire de  3 classes, un internat qui comptera bientôt une centaine d’élèves et l’agrandissement des bâtiments. Et en  1940 l’école retrouve un effectif de  500 inscrits avec un embryon d’enseignement technique.

L’institution n’échappe pas  au sinistre de  1944 : une génération au moins d’instituteurs aura enseigné dans les préfabriqués construits après la destruction de l’école,qui entouraient la grande cour derrière le château que l’on aperçoit toujours à l’entrée du primaire, rue de la cathédrale.

 

 

 

ecoles 0008-1En 1958, le grand collège ouvre ses portes sur une propriété de l’évêque, contiguë au grand séminaire. En 1974, la revue « le Robache »  qui parait  3 fois l’an, retranscrit l’histoire de l’ISM qui comprend depuis 1986, le collège Sainte Marie  l’école  dite Petit Collège , et le séminaire .

   ecoles-0012-1.JPGEn 1993, une nouvelle école maternelle  est construite dans une cour du primaire suivie  dans la même décennie de la destruction de la plupart des « préfas » remplacés par le bâtiment  actuel.ecoles-0014-1.JPG

 

Cet ensemble de bâtiments, qui témoigne des décennies passées, n’est pas le moindre charme de la vieille école primaire qui compte bien  , comme le collège, fêter ses  200 ans et même plus…

j'ai retrouvé avec des sentiments mêlés ces bâtiments où j'ai trvailé durant  22 ans. 

un détachement et un sentiment de familirarité... et seule dans la cour du petit collège où je me suis arrêtée pour une photo, une pélnitude: le devoir accompli et des bons souvenirs au final... une page tournée...sans regret sans amertume sans nostalgie mais un plaisir à revenir parfois sur des lieux qui représentent la jeunesse! souvenir de lieux plus que de personnes même si je me remémore avec affection quelques personnes côtoyées là.

l'ISM poursuit sa route sans moi

je poursuis ma route sans elle.

 

 

Repost 0
Published by emjy - dans le quotidien
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 16:14

 

 

ave verum

 

Annie Boulanger et sa chorale « la clé des chants » nous offrait, ce vendredi 24 mai,  les  11èmes mélodies  avec la participation de l’orchestre senonais « l’Apromuse » dirigé par Aline Perrin, par ailleurs chef de l’harmonie raonnaise.

 « Quand ta vie se ferme (…) pour calmer ta peine prends la clé des chants » nous dit cette première chanson pour qui la chorale  est un élixir de longue vie ; chorale qui doit aussi  sa pérennité, dit madame Vibrac la présidente, de « la clé des chants »,concerts 0004

 

à un bon chef, de beaux textes, de bons musiciens dirigés  eux aussi par un autre bon chef.

 concerts-0001.JPGEt le public qui emplissait l’église en ce vendredi soir ne la démentirait pas. Ce fut durant deux heures, une alternance de chants avec la musique de l’orchestre. Pour ne citer que ce titre,  « la langue de chez nous » d’Yves Duteil fut  transcendée par l’alternance des voix graves  des hommes et de voix féminines  puis des deux mêlées. Le célèbre  chant y gagna une profondeur émouvante. Un bonheur !

Toujours en remerciement au prêt de l’église, des morceaux de musique religieuse sont au programme pour le plus grand bonheur des choristes et du public qui n’oubliera pas  l’ave  verum de Mozart  suivi de l’       agnus dei de Bizet moins connu.  Des musiques de films jouées par Apromuse firent presque trembler les murs de la vénérable église peu habituée à ce joyeux débordement. Un morceau en commun, une surprise disait le programme a réuni les quelques  40 choristes et la trentaine de musiciens de l’orchestre.

Comme nous le disait le programme : «  tant que sur terre, il restera un homme pour chanter, il nous sera encore permis d’espérer » ( Gabriel Celay) . 

      Mai’lodies… mais on ne rechignerait pas au contraire à juin’lodies…juillet’lodies etc …même si le jeu de mots s’y perdrait, les mélomanes n’y verraient rien à redire ! 

 concerts-0010.JPG

 

mais ce soir là pour les besoins du journal , je devais aussi rendre compte d'un autre concert très différent

j'ai quitté à regret l'église douillette et j'ai enfourché Astra mon fidèle destrier qui m'a menée d'un trait jusqu'à la Chapelle où je suis arrivée au moment d'un solo de "nos vertes années " de Trenet avec l'orchestre nos voix nos guitares.

 autre émotion !

 

 

 

concerts-0017.JPG

 

Ils avaient commencé doucement avec des chansons bien de chez nous que le public fredonnait ou rythmait : toutes les chanteuses de  l’ensemble « nos voix nos guitares »  ont interprété des airs dont on ne sa lasse pas, puis ce fut un groupe plus restreint où des solistes s’essayèrent avec mes "jeunes années", "jolie bouteille "….

Deux entractes où on pouvait déguster gâteaux moelleux et boissons variées ont permis de faire durer la soirée trois bonnes heures . La batterie chauffait au propre comme au figuré et encore plus pour la dernière partie où les guitares se sont déchaînées sur  15  morceaux dont « les bêtises », « au suivant » pour finir en apothéose avec «  Lili voulait danser ».  Le public lui dansait sur sa chaise : frappements de mains, pieds en cadence, dandinements … à quand un bal ?  concerts 0023

On aura entendu Souchon, Dassin, Polnareff, Le Forestier … on aura été émus…. et on aura fredonné … dans les voitures sur les chemins, tout au long du retour et même le lendemain.l

mais moi j'étais un peu paumée entre le chant choral et la chanson sans prétention! j'ai eu du mal à vrai dire à faire mes articles le lendemain!

Le lendemain justement eut lieu un autre concert où je n'avais pas envie d'aller : celui de l' Harmonie municipale d' Etival . j'avis envie de rester au chaud chez moi avec un bon bouquin

j'y suis allée quand même et je vous raconterai! je n'ai pas regretté! bref ce fut un WE sous une pluie de notes graves ou gaies , un vrai bonheur!

 

 

Repost 0
Published by emjy
commenter cet article
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 14:13

 

P1000466.JPG

Histoire d’eau à Raon les Leau

 

Pour sa troisième édition, l’exposition de peinture proposée au Foyer Rural de Raon les Leau,  la Meurthe et Mosellane, contiguë à  Raon sur Plaine la Vosgienne  s’est ouverte le  WE  l’Ascension. C’est comme l’an passé, autour d’un même thème, l’eau, que se sont réunis les peintres que l’on a déjà vus pour la plupart, l’an passé

 

 les dames en premier :

expo-raon-les-leau-0084.jpg                                                                    


Marie France Andreux est de retour avec deux  tableaux à l’huile, un pastel et une aquarelle : c’est la pluie qui inspire sa « fontaine aux parapluies »; et ce sont les sirènes qui ont inspiré Sabine Bernaudin ;  voici Francine Cherrault qui, échangeant ses pastels de  2012 avec l’aquarelle, nous peint La Plaine avec « un souvenir de Bretagne ». 

 


expo-raon-les-leau-0087.jpg

 

 

Danielle Hypolite   à l’aquarelle et l’acrylique,  qui expose  12 tableaux où l’eau de Venise voisine avec celle de Baccarat ou de Thiaville   nous offre ses « point d’eau » sous divers angles, les reflets et les rives et même « le torrent d’O ». Sylvie Léonard   nous peint «  ruisseau dans la neige «  et « bleu comme l’eau ».

Mais de petites nouvelles se sont invitées : Denise Birker a écumé les eaux de la région mais aussi du Verdon avec une dizaine d’aquarelles.

 

 

 

 

expo-raon-les-leau-0088.jpg

 

Deborah Masson se distingue avec  des animaux siphonés, en vous proposant un échantillon de sa zoopsie , affirmant que « la terre est vache »

 

Place aux messieurs !

Et revoilà les trois Daniel : Daniel Callant, Daniel Cézard et Daniel Derasse !

Daniel Caland  a fait dans le pastel : des barques, eau courante et dormante, ruisseau, fontaine , lac … l’eau est là bien présente et souvent mélancolique.

 

 

Daniel Cezard

nous étonne avec ses nénuphars éclatants et a dû s’attarder sur la MJR3610

 

passerelle de Raon pour peindre, avec au fond l’église Saint Georges, les rives de la Meurthe. Son lac de la Maix  fait écho aux photos de J P Kruch exposées à l’espace E Gallé en ce mois de mai 2013.

 


 MJR3620.jpg         Daniel Derasse reste fidèle à l’aquarelle et à Raon sur Plaine  et ses environs : pas moins de 44 tableaux !

Deux nouveaux peintres aussi chez les messieurs ; Jorge de Fonseca nous raconte « la tempête », « le phare »  et « l’été »pour une « promenade en mer » sur  « le Pacifique » peut-être

Pierre Oster    passe des Vosges à la Bretagne ,  « du côté de Kerhuen », se balade au « lac de la Maix et décline lui aussi à l’aquarelle les ruisseaux, les rivières , les caps et les ponts .

Et par la fenêtre du local du foyer rural, aux alentours, la nature et les hommes ont peint des   paysages qui  donnent envie de prendre le crayon et le pinceau ou l’appareil photo .

 

 

 

P1000469.JPG

 


ce qui est dommage c'est de voir si peu de temps toutes ces peintures: on ne les verra nul part ailleurs sauf peut-être à une autre expo locale... ou l'an prochain à l'Ascension du jeudi au dimanche seulement.

 



Repost 0
Published by emjy
commenter cet article
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 11:38

Impressions au fil des jours…et

 2013-05-moi-de-maix

 

impressions au fil de l’eau…

le «  moi de Maix », au mois de mai : la date de l’exposition proposée ce mois à l’espace E Gallé n’est pas fortuite et poursuivre le jeu de mots s’impose. Une expo photos ? En,  fait ,pour nombre de visiteurs,pour moi en l'occurence, de la poésie sur pellicule.

 

 

 La salle Emile Gallé offre cette fois son espace et sa lumière aux photographies de lac de la Maix, prises par J P Kruch, au fil des saisons, des heures, au gré de la lumière et des émotions. Photos en couleurs, qui parlent particulièrement à ceux qui ont le lac de la Maix au cœur.

MJR0069On peut ainsi voir des clichés du même endroit sous le même angle à des saisons et des heures différentes, sans que ce soit délibéré dit le photographe : c’est l’état d’esprit du moment, le jeu des lignes, verticales, diagonales qui oblige presque à cadrer cette vue là encore et encore dans un rectangle. Les clichés ont été pris avec « un bon vieux reflex » argentique, en diapositives : c’est en posant les diapos sur un fond lumineux qu’il est apparu que beaucoup de photos étaient prises au même endroit, précise- t-il encore.

4996331933_9e5222406b_z.jpg Promenons autour du lac  

Arrêtons nous longuement devant chacune de ces grandes photos ; certaines attireront davantage notre regard, nous parleront.

 Plongeons dans le cadre …rêvons :

 ... Ce coin d’eau bordé de mousse, sous les feuillages revisité au lever, au coucher du soleil, en pleine journée…

...Des ombres, des nuages et des feuillages dilués  dans l’eau, verte, bleue, grise, blanche, sombre ou claire.

...Des nymphéas à la Monet revisitées en taches de feuilles  mortes.

...Les ombres des arbres décomposées en étranges volutes mousseuses.

...La symphonie des verts, tous les verts, des jaunes, des bleus, toute une palette qui va jusqu ‘au noir d’arbres à contre jour.

...Les lignes verticales des résineux et des bouleaux  à l’envers.

...Ces arbres aux quatre saisons, tableaux géométriques.

...Les jeux de lumière, le blanc des troncs, le zébra des verts cachés derrières les feuillages sombres que même le meilleur des pinceaux ne saurait saisir.

...La dentelle des sorbiers sur l’eau immobile…

...Douceur du soir qui tombe, ombres douces et  dorées…

...Dessins abstraits des vagues de pollen, sables mouvants…

...Et cette branche moussue qui se reflétant dans l’eau calme se transforme en monstre à la gueule béante. Certains y ont vu le ciel où dansent des boomerangs…kruch 2049

...Vaguelettes aux mille nuances d’un  bleu  rare ou ailleurs de vert…

....Eaux limpides, brumeuses, vertes, blanches et  argentées, immobiles, mouvantes, changeantes…La-Maix1-6-5-2008--8- (1)

...Le lac en hiver avec les sapins aux épais  ourlets de neige et le fouillis blanc et noir de leurs reflets dans l’eau d’un bleu glacé, univers mystérieux  d’un monde enfoui.

A se promener lentement, en s’absorbant dans les eaux du lac fixé sur pellicule, on devient un peu poète !

À l’espace E Gallé, l’imaginaire part là haut à Vexaincourt au lac de la Maix , le lac des légendes, le lac de souvenirs d’enfance de tant de Raonnais …téléchargement

A voir jusqu ‘au 26 mai :

Vendredi, samedi  dimanche et jours fériés de 15 h à 18h

mes photos ne rendront pas la beauté des clichés en grand format collés sur papier brut. j'ai écrit un article dans l' Echo des Vosges qui n'a pas publié les photos envoyées  représentées ici, qui ,bien qu'en noir et blanc auraient attiré le lecteur sur l'article qui passe ainsi inaperçu: dommage pour ce photographe (photographe entre autres passions) , homme sensible qui , ancien imprimeur ,a édité certaines de ses photos des Vosges: à découvrir sans doute à l'Office du Tourisme  ou à la librairie à Raon et à Saint Dié. j'achéterais à coup sûr le livre qui rassemblerait ces photos qui m'ont touchées! 

se poser devant... se plonger dedans...et rêver...

faire partir loin dans le temps, dans l'ailleurs,dans l'imaginaire . l'art a ce pouvoir .

c'est ce que je fais devant le lac, devant certains tableaux au musée ...que du bonheur

  sauf les  3 premières , les photos reproduites ici  ne sont pas de JP Kruch

 

kruch 0110

 

 au même moment à Raon les leau , une expo sur le thème de l'eau: 

ici un tableau  du lac de DANIEL CEZARD peintre raonnais connu.

 

 

Repost 0
Published by emjy - dans le quotidien
commenter cet article
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 11:25

 

 l’association « fée des croix » est née en septembre 2010 

 Elle rassemble 16 passionnés de  canevas et de points de croix, sur des tissus variés allant de la toile de lin  à la gaze de soie en passant par l’étamine et autres supports de tissus. La différence tient à la taille des …trous.  On commence par le tissu Aïda pour finir par la gaze de soie très chère ,très délicate  à travailler puisqu’on ne peut défaire les points déjà réalisés ! Apprenties s’abstenir !

Vous pouvez vous joindre à ce groupe actif et sympathique si vous habitez la région de Raon l'étape !

Les mercredis de  14h05 à 17h30  à la maison des associations (salle 3).

Renseignements : 03/29/65/33/49

Si  des brodeuses de l’association sont des pratiquantes de longue date, les novices en la matière sont accueillies et bénéficient comme d’autres déjà inscrites, de l’aide  des copines.

Alors pas d’hésitation, rejoignez les et devenez vous aussi une fée des croix. Quant aux messieurs, ils pourront passer de  3 à 4 et plus. 

DSCF3513 Ces dames brodent et expliquent, racontent enjouées:

broderie 1644Ces drôles de rouleaux vous intriguent ? Ils servent à se faire des cadeaux entre adhérents.  La date de naissance est brodée  avec un petit message. broderie 1645

broderie 1646Et ce tableau près de la plante verte ? C’est le tableau surprise : il passe, roulé de mains en mains et chacune brode un motif sans savoir ce qu’ont fait les précédentes : la surprise vient au déroulement !

Bref on ne s’ennuie pas à « fées des croix » !

Et puis, soyons précis :  il y a 3 messieurs dans l’association ! Brodeuses ? Parlons plutôt de brodeurs ! Fées ? Il va falloir rebaptiser l’association du coup si le nombre de messieurs augmente : de quoi occuper les langues durant bien des mercredis après midis.

bon, les beaux jours vont revenir alors on n'aura peut-être pas trop envie de se mettre à la broderie! mais le shiver sont si longs ! les étés si souvent pourris hein!  ça se réflechit non? et alors plus d'embarras pour trouver des idées de cadeaux! 

 

 

 

Repost 0
Published by emjy - dans le quotidien
commenter cet article
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 20:55

 

 

 

De fils en aiguilles….…A petits points, à petits pas discrètement, « les fées des croix»,  jeune association d’un peu plus de deux ans, ont  tissé leur  toile  et offrent, espace E Gallé à raon l'étape , un riche aperçu de leurs talents de brodeuses ainsi qu’un moment festif .moi qui suis nulle de mes mains ou presque, ça m'a donné envie de les rejoindre: c'est beau et en plus ça rigole ! c'est sympa !

 

Dès l’entrée, vous découvrez un atelier de brodeuse : les cahiers de modèles, le matériel,broderie 1649 une jolie vitrine de dés de collection et des boites à ouvrages où on imagine le dé et les ciseaux, les fils multicolores et l’ouvrage plié … broderie 1634

Pour ne pas répéter à l’infini l’adjectif brodé, sachez que vous pouvez l’accoler à tout ce qui suit : tabliers, napperons, tableaux, paniers, boites, enveloppes de tissu, (qui nécessitent un timbre spécial car si vous ne le savez pas, apprenez qu’il s’agit là d’art postal, ) vous attendent un peu partout  dans la salle organisée en coins.

 

A votre gauche, voici le coin jardin, printanier,

broderie 1640qui vous accueille avec son arrosoir et son chapeau de paille pour illustrer les tableaux en tissu …brodé de fleurs et les canevas.

 

 

broderie 1623

Là un tableau se détache sur fond noir, un beau visage de femme au chapeau et au manteau agrémenté de roses … une peinture de fil…

Vous découvrirez des abécédaires broderie 1632

et les mois de l’année, une chaise longue couverte de coussins qui vous mèneront au coin cuisine : on se rend compte alors  de ce que signifie être passionné de broderie : outre les classiques tabliers déclinés de toutes les couleurs, serviettes et torchons,  des cahiers de recettes à la couverture décorée, des tableaux de recettes, des pense bêtes, des couvre pots….broderie 1635

 

Passez à droite de l’atelier, DSCF3519.jpglà vous attendent les 4 saisons,

 

broderie 1655

puis Noël dans un coin où un sapin illuminé en accord avec la pluie qui tombe en trombe, nous donne l’illusion d’être encore en décembre.

Continuez votre chemin, d’émerveillement en étonnement,

 Vous trouvez le coin des animaux, des chats souvent mais la jungle n’est pas oubliée ; un  minou noir et blanc semble dormir sur un fauteuil d’osier, à moins que ce soit… un coussin !broderie 1664

Et puis on se retrouve en automne  pour finir avec un arbre généalogique, un tableau de drapeaux… tout cela émaillé de cœurs, de suspensions accrochées à des branches...de napperons… une profusion de trésors que « les fées des croix » ont amassés  dans leurs armoires au fil des ans .

 broderie 1657

L’inauguration  de ce  vendredi  12  avril a été aussi l’occasion de fêter l’anniversaire de Laurine, une des plus jeunes brodeuses  de l’association .

On chante tous ensemble, brodeuses et public car on nous a préparé les paroles! y'a même une guitare , « on n’a pas toujours vingt ans sur des paroles imaginées par nos petites mains:  « l’atelier de broderie est en fête

on oublie l’ouvrage un instant

car c’est aujourd’hui que Laurine

vient juste d’avoir vingt ans

brodeuses petites mains et premières

ont tous apporté des gâteaux

et Laurine offrant l’apéro

dit joyeuse en levant son verre

On n’a pas tous les jours vingt ans…

Et bien sûr après les discours,  après la chanson, et le cadeau ( un tableau brodé bien sûr )broderie 1642

 

, le vernissage se termine avec les gâteaux concoctés avec les recettes…brodées ! broderie 1639

« Saisons des fées » A voir jusqu’au 28 avril , les samedis de 10h à 12h et de 14h à 18h, les dimanches de 14h à 18h et les mercredis de 14h à 17h30 ; entrée libre.

à suivre!

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by emjy - dans le quotidien
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 11:38

 

 

 

 

 téléchargement               téléchargement (1)             téléchargement (2)

Artisan, artisane ? Artiste sûrement ! Marie France Cornier, habitante de Saint Marguerite a plus qu’intéressé  les visiteurs de l’exposition organisée à Etival le week end du 6 et 7 avril à l’occasion de « la journée européenne des métiers d’art ».

 Difficile de se faire une place quand on est créatrice de bijoux, quel que soit le matériau utilisé : Marie France Cornier  a trouvé la sienne.

collier-fleur-en-perles-noiresEn se penchant sur les colliers, les bracelets et broches exposés, on  croit voir des émaux sertis de métal vieilli, des ronds de métal doré entourés d’ivoire , de corail … non ! Vous n’y êtes pas ! C’est de la résine !

 Et…Regardez bien … vous ne voyez pas ?page0 2

 Marie France vous désigne un collier, une broche et vous défie de trouver et s’amuse de notre surprise :  des boutons de nacre, de jade, d’inclusions de plumes  ou  de tissus, on ne sait trop, des petits bijoux,  sont transformés en perles ! Hé oui, notre artiste collectionne ces boutons des années trente à cinquante et même plus anciens, de cette époque où s’habiller voulait dire quelque chose. Des boutons bijoux que l’on trouve plus que dans quelques boites en fer au fond de vieilles armoires et dans les brocantes heureusement. « Dans ma ville, j’ai une commerçante qui vend des kilos de boutons. Elle a un large choix. Je sélectionne surtout les boutons anciens. Mes clients sont parfois étonnés de voir qu’il existe des boutons si beaux, fabriqués en jais, en métal, en verre ou en plastique. Mon travail avec ces boutons intéresse vraiment les gens.  J’ai d’ailleurs des gentilles clientes qui m’ont donné des boutons anciens qu’elles avaient dans leurs tiroirs et qu’elles n’utilisaient pas » dit Marie France ravie de la surprise et de l’admiration des visiteurs.

 téléchargement (3)Mais elle utilise aussi des coquillages, des miroirs, des billes plates, des cailloux, des morceaux de pâte de verre… telle les artistes de l’école de Nancy, la nature l’inspire. Car on pense à voir ces pièces uniques, à Lalique, à l’Art Déco, à la Belle Epoque.  téléchargement (4)

Diplômée des arts appliqués de Metz et des beaux arts de Nancy, où elle a dû trouver de l’inspiration tant la ville est riche de chefs d’œuvres de Gallé, Daum, Gruber… elle a été professeur d’Arts Appliqués. Elle anime un atelier d’activités artistiques pour adultes.

Elle a exposé en Lorraine bien sûr mais aussi à Trouville, Lille, Beaucaire et en Suisse.

expo 1414Le bijou est d’abord dessin puis aquarelle avant de devenir ce bel objet :expo 1409

Collier, pendentif, broche… « Je dessine d’abord un croquis, une esquisse. C’est un moment que j’apprécie particulièrement car c’est le premier jet, rien n’est encore défini. Je cherche parfois pendant longtemps pour aboutir à un croquis qui me plaise ».

expo 1412 Tout l’inspire : voici le lapin sorti d’Alice au pays des merveilles, des pendentifs à la Mondrian, un collier de mariée… colliers baroques.

Notre artiste dit aussi son goût pour la création de livres : elle en fabriqué sur les plantes, la banlieue, et sur des thèmes multiples : livres à toucher autant qu’à lire et contempler

 On aimerait qu’elle nous en montre : ils sont trop fragiles dit-elle, et sous vitrine ils perdraient de leur charme car ils sont là pour être touchés, les pages se tournent dans tous les sens, les pages se déplient … elle est intarissable Marie France ! Une passionnée pleine d’imagination, de sensibilité, de joie de créer et de faire partager .

Que l’on porte des bijoux ou pas, on reste là, longtemps, devant ces créations qu’on admire pour ce qu’ils sont : des objets d’art.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by emjy - dans le quotidien
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 12:18

  expo 1470

L’association REG’ART  s’est donnée pour but de sensibiliser les lycéens à l’art : au LEP Louis Geisler, et dans quelques autres lycées lorrains comme à Cifflet à Nancy, le lycée Jean moulin à Forbach …

 Trois expositions annuelles sont proposées : pour la deuxième de 2013, au lycée Louis Geisler de Raon l'Etape, les couloirs et le hall accueillent deux complices, deux amies : Martine Fleurance et Carmen Pasini jusqu’au  19 avril. Si le pari d’exposer dans les couloirs lieu de passage et parfois d’affluence et  propice donc aux bousculades peut paraître risqué, en fait il n’y a eu quasiment jamais eu de problèmes depuis les nombreuses années que l’association existe.

Si on ne sait pas que deux personnes sont à l’origine  de la bonne cinquantaine d’œuvres accrochées, on ne peut  en principe le deviner au style de chacune. 

En fait pas du tout !et pour semer un peu plus le trouble, comme pour taquiner le public,  les œuvres volontairement sont mélangées et il faut une liste pour enfin savoir qui a fait quoi car il n’y a pas de signatures !

 

expo 1466On se dit qu’on va bien finir par reconnaître un style propre à chacune :

 Et il y a bien au niveau des peintures des tonalités différentes remarque –t-on.

 Puis on se munit de la liste …ouf ! comme si c’était important alors que les deux complices veulent semer la trouble au contraire ; mais liste en main , on reste tout aussi perplexe.

         expo 1482

 

L’une, Martine,  privilégie les formes arrondies et les tons chauds quand l’autre,

expo 1455Carmen, semble préférer les formes allongées et les fonds  grisés… quoique… voila cet ensemble de trois tableaux qui diffèrent totalement de ce qu’on croit être le style de Carmen :

 

expo 1478des tableaux remplis aux formes serrées qui évoquent une multitude africaine ou orientale qui sait, portant des ballots, serrés à s’étouffer. Le dessin est si dense que l’on pourrait croire à des formes géométriques abstraites si on n’y prenait garde.

 expo 1484Mais en plus ces deux artistes bluffantes touchent à tous les matériaux : carrelages recouverts de dessins eux-mêmes cachés par de la terre ou du ciment, tableaux de tissus collés sur des formes en terre elles mêmes collées sur fond de peinture ! À vous donner le vertige tant un esprit cartésien doit renoncer à définir et à classer.

A voir et à revoir !c’est beau, plein d’imagination et de sensibilité.

Et on espère bien les revoir à l’espace Gallé  peut-être !

 

expo 1480Les visiteurs qui vont regarder l’exposition de  peinture de Martine Fleurance et Carmen Pasini  remarquent dans la courette , un imposant arc de triomphe reconstitué en placoplâtre par les élèves de plasturgie : une affiche nous apprend qu’ il aura fallu à cette étape de réalisation  1760 kg de plaques de plâtre, 427 rails et montants , 3498 vis ainsi que 78 kg de colle à Kévin, Romain, Dylan et Dylan, Steven , Jean , Renaud pour  mettre en oeuvre le projet collectif de fin d’année scolaire  2013 durant  1288 heures et ce n’est pas fini !

 

Repost 0
Published by emjy - dans le quotidien
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 18:13

 

 

 8debdo6v                 avec  le thème du nettoyage de printemps, il a été question de bactéries à qui les produits ménagers, à grand renfort de pub et pour le plus grand bonheur des lessiviers et de leurs actionnaires, font une chasse aussi impitoyable qu’inutile.

 stock-illustration-8574200-cartoon-diseases

C’est  en 1676 qu’on a découvert l’existence des micro organismes et en 1828 qu’on utilisa pour la première fois le mot bactérie. Ce sont des organismes vivants qui mesurent ente 0,2 et 2 microns. Il en existerait quelques 5 ou 10 millions d’espèces.

Seules  7300 sont connues !

 On les trouve absolument partout  dans l’air, le sol, l’eau et dans le corps humain où avec d’autres micro-organismes, elles constituent la microbiote. Là il y aurait près de 100 000 espèces de bactéries soit 1000 millions de millions ! Nous aurions dans notre corps  10 fois plus de cellules bactériennes que de cellules humaines.   bacterie-jpg

 bacteriaVous l’aurez compris elles sont généralement inoffensives ou même bénéfiques tant pour notre santé que pour l’écosystème autrement dit la nature, où elles contribuent  entre autres, activement à la bio dégradation.

Seules certaines d’entre elles sont nuisibles pathogènes ou le deviennent en cas de déséquilibre.

Comme dans la nature, pour notre santé tout est question d’équilibre

 En 2007, une étude du CHU de Besançon  a montré que les enfants élevés dans des milieux aseptisés avaient un risque d’allergie plus fort que ceux ayant grandi près d’une étable.

 

Revenons au ménage     66444018 p

Donc oubliez tous ces produits qui comportent de plus des composés chimiques parfois toxiques à cause de leurs émanations tels le formaldéhyde, le triclosan , le chlore… ou lorsqu’ils sont mélangés.

Vous pouvez d’ailleurs obtenir des résultats satisfaisants en utilisant du vinaigre blanc, des huiles essentielles, des cristaux de soude, du savon ou du bicarbonate de soude.

   19944638L’important c’est la propreté car les germes dangereux se développent sur les surfaces rugueuses, encrassées, et  là où il fait chaud et humide : la cuisine, la salle de bain, les toilettes mais aussi sur les surfaces que l’on touche souvent : interrupteurs, poignées, clavier, téléphone télécommande, bureau, plan de travail. Pensez aussi aux sacs que l’on pose partout !

Réservons  une éponge à chaque usage, ôtons nos chaussures à l’entrée et lavons nous les mains !

(Ces informations sont tirées du magazine Consom’action de mars avril 2013)

 bacteries-cigarettes-L-3

Pour en savoir plus :

Le grand ménage ( de Raffa  aux editions soliflor 15€)

Savons noirs à tout faire ( Ines Peyret ed du Dauphin 16€)

(A suivre avec la microbiote)

Repost 0
Published by emjy
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de emjy
  • Le blog de emjy
  • : à défaut de pouvoir papoter en vrai avec les ex collègues, les copains copines ou les proches, une p'tite parlote sur tout et rien.
  • Contact

Recherche

Liens