Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 16:33

 

 x-argent-bonheur-x.jpg

 

 

 

place à la chanson, « petite pièce de théâtre » dit Philippe Meyer l’animateur de l’émission « la prochaine fois je vous le chanterai » :

 De 12 h à 13 h chaque samedi il nous enchante sur France Inter : ce samedi 26 janvier et le  2 février, le thème est l’argent :

 

argent-1.gif

Un bonheur !

Voici les paroles d’une des chansons qui résonnent cruellement ici à Raon et dans tout le bassin déodatien …entre autres.

A lire et écouter car ça swingue !


 

 

 

 

 

Usine_abandonnee.jpg

Monsieur Boulot

 

M. Boulot, on te voit plus
Dans la région depuis un bail
T'es parti où ? t'as disparu
A Kiev, à Pékin ou Shanghai
Nous, on t'avait toujours connu
T'étais de toutes nos batailles
T'habitais juste au bout d'la rue
T'as tout laissé pour ce travail     
 
T'as pris avec toi tes affaires
Tes tours, tes fraiseuses, tes camions
Maintenant l'usine c'est un cimetière
Et les trois-huit on tourne en rond
Si tu voyais comme c'est rouillé
La boutique où on s'est connus
Bureaux squattés et murs tagués
Et les ch'minées qui ne fument plus
 
M. Boulot, pour qui tu bosses
Depuis qu'tu nous as oubliés ? 
Je sais pas si t'avais des gosses
Mais les nôtres, ils peuvent plus t'saquer
Pôle sud, pôle nord ou Pôle Emploi
On a beau y croire tous les jours
On t'cherche partout mais on t'trouve pas
Et on commence à être à court
 
(…)

M. Boulot, tu fais la course
Aux bénéfices et au rendement
Et même si t'en as plein les bourses
De tes dollars, de tes placements
Tu t'souviens plus comme c'était beau ?
Reviens faire un tour par ici 
On rallum’ra les hauts fourneaux,
L'accordéon sur nos samedis
 
M. Boulot, qu'est ce que tu d'viens
La vie sans toi c'est plus pareil
Depuis qu'on te voit plus dans l'coin 
On dort plus sur nos deux oreilles
Pour la communion du dernier
On aurait aimé qu'tu sois là
On doit même plutôt t’avouer
Que ce s’ra pas facile sans toi 
 
On t'aimait bien dans le quartier
On comptait tous un peu sur toi  
Pour la bagnole, pour le loyer
Pour boucler la fin des douze mois
Mais quand on t'voit à la télé
Prendre la pause et faire le beau
On s'dit qu'le fric t'a bien changé
Pourtant tu manques, M. Boulot

Paroles et musique : Eric FRASIAK

On peut réécouter l’émission sur Internet sur le site de France Inter : émission » la prochaine fois je vous le chanterai »

 A écouter sur Internet (site de musique gratuite deezer par exemple  ) :

ah que  j’aime l’argent

 

 

 

 

gzrcin.jpgGinette Garcin, le tante Jeanne de la série TV : famille d’accueil )  )la-comedienne-ginette-garcin-4703996dadiu.jpg

Et l’impôt sur les feignants de Jeanne  Brouaye

 



Repost 0
Published by emjy - dans lectures
commenter cet article
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 16:02

 

013-001

Lire au coin du feu ou sous la lampe, au lieu de s’abrutir devant la télé : voici un  des programmes que je  vous propose pour  l’hiver !

Nos bibliothèques recèlent des perles insoupçonnées, proposées pour le prix dérisoire d’un abonnement annuel.

 

Marie Kuhlmann  fut à l’honneur de celle de Raon l'étape, en fin d’année 2012 avec notamment à ce moment là, l’un de ses derniers ouvrages : ceux de la vallée

C’est comme un engrenage : la lecture de ce dernier ouvrage interroge sur notre voisine, l’ Alsace et de fil en aiguille grâce à la bibliothèque , on commence à explorer toute la bibliographie d’un auteur.

 Les filles du docteur Muller

 

 


1 

 

 


On pense, en voyant le titre aux  « 4 filles du docteur March » mais on n’y est pas du tout ! C’est bien un roman mais surtout un documentaire sur la guerre de 1870.

Les héroïnes vivent à Froeschviller, proche de Reichshoffen plus connue des musiciens par la marche du même nom, que par les évènements tragiques qui s’y sont déroulés.

Les événements décrits dans le roman évoquent des faits réels : c’est la bataille sanglante qui ouvrit la porte de la France aux Prussiens, l’été 1870

 

 

 

 

.balade-Froeschwiller-044.jpg

 

Après avoir écrasé Wissembourg, les Prussiens livrent bataille aux quelques  6000 soldats affamés, mal préparés qui attendaient dans le secteur de Froeschviller, proche de Reichhoffen, survivant grâce à la population locale qui n’en pouvait mais.

Combats, exactions, occupation, annexion…tout est dit, vécu à travers le destin des  3 filles Muller. Froeschwiller1870

C’est un roman prenant où l’histoire de la région, de la France et de l’Allemagne pas encore pas encore unifié sert de toile de fond.

C’est une leçon d’histoire qui donne envie d’en savoir plus : sur les Alsaciens, sur l’Histoire contemporaine où on voit l’enchaînement des 3  guerres, celles de  1870,1914 et 1939  où chacune contient des germes de la suivante

 

 

 

 

 

 

 

.froech.jpg

 

 


 les romans de Marie Kuhlmann  permettent de mieux comprendre nos voisins qui ont changé de nationalité bien malgré eux et bien trop souvent au cours de l’Histoire.

 

On retrouvera l’Alsace d’après  1870, de la guerre de  1914 et de la dernière guerre mondiale dans les autres livres de Marie  Kuhlmann : le puits Amélie et les passeurs d’ombres.

 

 

 


Deux autres romans magnifiques

 

 

 

.passeursdombre1.jpg

 


La forme romancée permet d’aborder notre histoire de manière concrète et imagée : un « deux en un » : un roman et une illustration historique.

 ce sont des livres que vous n’oublierez pas !

le temps des cerises  a été écrit par un Communard lors de l'encerclement de Paris en 1870 ; il évoque ce temp où ces révoltés ont cru à un autre monde.

 

 

 

 

Repost 0
Published by emjy - dans lectures
commenter cet article
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 09:36

 

 

 

attention musique triste! ( requiem de fauré) . vous avez le choix avec cet extriat des "choristes"

 

 

 cartes-postales 0263-copie-1

cartes-postales 0248                           

Comme je vous le racontais dans le topo précédent, la natalité était fortement encouragée en temps de guerre : il fallait de la « chair à canons » n’est-ce pas ?cartes-postales 0250

Ainsi vit on fleurir ces cartes postales ahurissantes : des bébés dans des tranchées, des engins militaires…

Du coup j’ai un peu cherché et je vous livre quelques éléments :

poulbot6 C’est à cette époque  que sont imaginés les enfants Poulbot dont certains dessins ont des légendes très agressives:

« Nous allons livrer bataille, toi, Fritz tu es le cochon de Français »,

« Vous, les ignobles otages, vous allez marcher devant notre armée »,

 « Alors les gars ! On joue à la guerre ? – On peut pas, personne veut faire le Boche »  témoignent du transfert de l’événement guerrier dans la sphère de l’enfance à travers une propagande brutale et partiale. Elles illustrent aussi la force du sentiment nationaliste qui domine les premiers mois de la guerre et qui touche le monde juvénile comme le monde adulte.

cartes-postales 0255La férocité nouvelle du conflit se trouve évoquée ici à travers le thème des atrocités allemandes, commises par l’envahisseur au cours de l’invasion de la Belgique et du nord de la France au début du mois d’août et en septembre 1914. Cette réalité constitue également, bien sûr, un thème de propagande repris et développé surtout à la fin de l’année 1914 et au début de 1915, mais périodiquement réactivé jusqu’en 1918, voire au-delà. La propagande insiste tout particulièrement sur la campagne de terreur menée contre les civils par les Allemands, qui se traduit par des exécutions, des viols et des mutilations, notamment les « mains coupées » des enfants, les prise d’otages, la destruction de bâtiments, l’assassinat de blessés et de prisonniers. L’intégration des atrocités du conflit dans le monde de l’enfance signale les seuils d’investissement dans la lutte franchis pendant la guerre.

Auteur : Sophie DELAPORTE

 

                                                                                        cartes-postales 0249

 

Mais l'enfant lui-même est embrigadé à la fois par l'école, les Églises, ses lectures et même ses jeux. L'enfant doit donc à son tour servir sa patrie, et on attend un comportement exemplaire de ce futur soldat et de cette future infirmière, puisque les rôles sociaux attribués aux filles et aux garçons sont nettement séparés.cartes-postales 0253

Les fabricants et commerçants exploitent eux aussi le thème de la guerre pour offrir aux enfants des loisirs militarisés : les lectures (livres et périodiques), les jouets font l'objet d'une production commerciale censée s'adapter aux attentes des enfants. Dès Noël 1914, les jouets guerriers représentent 50 % des nouveautés de l'année des grands magasins comme le Printemps ou les Magasins du Louvre. Armes factices, jeux d'adresse ou de stratégie entretiennent l'ardeur patriotique juvénile tout en réalisant des profits. 

cartes-postales 0256C'est la première fois que les enfants ont été autant impliqués à un conflit d'adultes. L'avenir de l'ensemble de l'humanité était remis en question par les belligérants, ce qui explique que même les plus jeunes y participaient.cartes-postales 0251

"Les « populationnistes » s'inquiètent des ravages indirects occasionnés par la guerre de 1914-18. Le nombre des divorces augmente. La syphilis, cette redoutable maladie qui s'attaque à des innocents (l'épouse et les enfants peuvent être contaminés), qui est un facteur de dégénérescence de la race et donc une menace pour la société, s'étendrait du fait d'une pratique plus courante de la prostitution. Les avortements seraient en constante augmentation : les auteurs contemporains avancent des évaluations faisant état de 100 000 à 400 000 interruptions volontaires de grossesse par an. cartes-postales 0258La limitation volontaire des naissances deviendrait plus systématique : de retour dans leurs foyers, les "poilus" s'interrogeraient sur la nécessité d'avoir des enfants susceptibles de fournir de la "chair à canons"

La loi du 31 juillet 1920 interdit la diffusion des produits contraceptifs (toutefois, la vente des préservatifs, moyens de protection contre les maladies vénériennes, est permise si elle est faite sans publicité). Elle empêche toute propagande en faveur des pratiques anticonceptionnelles amalgamées aux pratiques abortives. néo- Cette même loi réprime toute incitation à l'avortement.cartes-postales 0252

 ce dernier est assimilé à un crime passible de la cour d'assises." Théoriquement, l'accusé(e) encourt une lourde peine de réclusion ou de travaux forcés (loi du 28 avril 1832) .Dans la pratique, les jurys acquittent dans la plupart des cas..

cartes-postales 0265    j'ai  donc écrit à tort que la peine encourue était la mort  : c’est plus tard, sous le régime de Pétain qu’a été guillotinée une femme accusée d’ être une avorteuse

 

 

 

Repost 0
Published by emjy - dans réflexions..
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 16:54

 

 

3124759059_1_5_wtQnBSi3.jpg

 

Dans un autre album de cartes postales collectionnées par Louise, ma grand mère maternelle depuis sa jeunesse, il y  en a un certain nombre envoyées durant la guerre.

Le contraste est parfois frappant entre l’image et le  texte tant il est souvent déconnecté de la guerre qu’illustre pourtant la carte.

 D’autres cartes sont ahurissantes et on s’étonne que les gens les aient achetées et envoyées !

 Beaucoup mettent en scène des bébés et des  enfants.

certaines sont( tout petit peu)  friponnes . 

Je vous propose un petit tour d’horizon (car il y en a pas  mal).

 Pour l 'heure je vous livre les friponnes , en fait fort gentillettes : il y en a peu. Ce n’était pas le genre de ma grand mère Louise fort bigote .

 

 

 cartes-postales 0260


 

Le périscope de l’amour 

 

      "eau gaz repopulation à tous les étages" dit la carte! 

il est vrai que durant cette guerre et encore plus après, les gouvernements ont encouragé la natalité tant  la saignée a été importante: on a parlé des " classes creuses "

à cette époque d'ailleurs l'avortement était très sévérement puni : les avorteuses étaient condammnées à mort.

 ce fut l'époque des vieille  demoiselles , "vieille  filles "veuves avant d'être  mariées tant il y eut  pénurie de jeunes hommes.j'en ai connu  un certain nombre dans mon enfance: toutes habillées de noir, chapeautées , avec leurs porte monnaie en tissu brodé. elles étaient confites en dévotion fort attachées à la bonne conduite des jeunes filles! parfois c'était  2 ou 3 soeurs qui vieillissaient ensemble: on disait " les filles untel..."bien qu'elles aient souvent de l a  moustache et de sévères chignons gris .je trouvais ça banal mais aussi étrange.

c'était d'ailleurs la hantise de l'époque: finir vieille fille!

la guerre a continué à faire d es victimes d'un autre genre durant des  decennies...veuves, vieilles filles, orphelins, vieux parents esseulés, familles décimées ou  démolies par un soldat revenu aigri et malade voire estropié., parfois devenu violent.

 

Extrait du texte au verso : la carte est envoyée à Louise,très jeune fille encore, par une amie, Emilienne : "je suis forcée de t’envoyer cette carte puisque je n’en ai pas d’autre "dit-elle en préambule.

 

 

 

La chauffeuse militaire :

 

 

 

cartes-postales 0261

 

 

 

 

Au verso aucune allusion au thème mais des nouvelles  dont celles d’ un certain Emile  qui "a été mis en prison pendant  36 heures  au pain et sans eau par un froid terrible ; vous parlez de (illisible) ils ont pas peur de les faire mourir de misère… »

On ne saura pas ce qu’a fait Emile soldat on ne sait où ni quand .

la carte a été envoyée à ma grand mère et à sa soeur par une certaine Julia.

 Le recto est plus rigolo :

 

 

 

La chauffeuse militaire

  jeu de mots entre la voiture, son moteur et l’amour :

"avec moi la prise directe est toujours bien accueillie"

"L’allumage est produit par la chauffeuse et le contact a lieu à la rencontre du poilu"

"Les freins sont libres et n’arrêtent les courses vertigineuses qu’à volonté"

"Dans les montées sa voiture grimpe toujours au ciel" etc

 

 

 

 


 

cartes-postales 0246

 

celle ci m'a laissée perplexe durant mon enfance: ne comprenant pas "bono bezef" je demandais souvent à ma grand mère  de me l'expliquer. elle avait l'air gênée et faisait diversion, s'en sortiat par une pirouette. je presentai  là un des grands mystères des adultes .

un jour ele m'a dit, excédée : ça veut dire "bic et boc( bique et boque en fait) bic et boc? je n'étais pas plus avancée!

il m' a fallu attendre  bien des années  pour comprendre!

 

A suivre !

Repost 0
Published by emjy - dans réflexions..
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 09:49

 


 59532983

Rosalie, Ernest, Louise ,Louis,Georges, Joseph, Eugène maman Mélie… ces noms reviennent en boucle au fil des carte abondantes de « tante Roaslie »

Jamais aucune mention de l’année qui s’annonce dans les cartes d e voeux : comme aujourd’hui on se souhaite une bonne année, une bonne santé et on en profite pour donner des nouvelles, s’inviter. Ces personnes n’habitent pas loin : aujourd’hui ça se ferait très vite en voiture : Fresse, Cornimont

 

cartes-postales 0243Voici cette jolie carte brodée : c’est une pochette qui contient une carte plus petite :chère L…

« Malgré que tu as l’air de m’oublier, je t’envoie cette carte pour t e souhaiter une bonne année et une bonne santé et le plaisir de te revoir bientôt. C’est adressé à Mlle L …N.. « Ouvrière à l’usine de Fresse sur Moselle Vosges

 

Dans d’autres cartes, la tante Rosalie se plaint  souvent de n’avoir pas assez de nouvelles : elle évoque un soldat Joseph qui n’a rien reçu depuis trois semaines » et il n’a pas eu de colis non plus » la carte représente Saales où le Joseph en question semble faire son service «  à la frontière de Saales » : cette carte date donc d’avant 1914 puisque l’ Alsace est encore allemande. mais elle a pu être envoyée durant la guerre… ou après…on ne sait pas quand les cartes ont été réactualisées !cartes-postales 0245

Et celle ci de la fameuse Louise : «  chère maman

Pour vous prouver ( !!!)que nous ne vous oublions pas, nous venons, nous deux Louis, vous souhaiter  une heureuse fête et une bonne santé. Je ne sais rien de nouveau sinon que ma babouine ( ?) ne veux (sic)  pas rester à Cornimont et qu’elle me suit partout c’est un rude crampon. » (Les parenthèses sont de moi !)

Une carte est datée du 29 décembre  1921.elle est brodée et porte un poème : bonne année

Quand vos yeux reposeront sur ces fleurs

Puissent-elles vous rappeler tous mes souhaits de bonheur

Bref heureusement que la tante Raosali était en mal de nouvelles car l’album contient beaucoup de ses cartes, fort jolies.

 Rarement une mention de date donc !

L’une du 26 mai 1918 ne fait aucune allusion à la guerre sauf qu’il est difficile de trouver une carte postale qui «  n’est pas très belle mais je n’ai pas pu trouver mieux » : en fait c’est une très jolie carte brodée !avec une petite carte qui dit : un gros baiser et bonnes caresse ainsi qu’un grand bonjour » signée Laure

Une du 28 novembre  1918

Aucune mention de la guerre qui vient de s’achever

 Dans les cartes les femmes  ne parlent que de la famille  avec des allusions qui indiquent  parfois des tensions. Les quelques rares cartes d’hommes évoquent le service militaire : celle ci du 29 novembre  1918 aussi : « suis arrivé à la batterie depuis hier soir après avoir gelé dans le train 3 jours et nuits »… elle vient d’Italie : Torino  « saluti de Boggaino »

 1343149838-Cigale-11             

 L’écriture est celle des cahiers d’écoliers d’autrefois, à l’encre noire ou violette. Peu de fautes sauf en conjugaison où les ons et ont se confondent.

Je retrouve certains noms évoqués autrefois par ma mère mais il s’agit de la génération d e ma grand-mère et au-delà… un mordu de généalogie serait content car il y a quelques noms de famille aussi.

Tout cela est troublant… on disparaît mais restent de nous des cartes, de s lettres, de s objets qui nous survivent  qui atterrissent ici ou là déconnectés, comme de s bouteille s à la mer, de s message s d’outre tombe ! On a envie d’en savoir plus parfois et d’en faire un roman !

Repost 0
Published by emjy - dans lectures
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 16:13

 

 

 

Christmas-tree.jpg

 

Les aiguilles du sapin tombent de plus en  plus…va falloir le démonter!

 fetes-0217.jpgLes guirlandes extérieures sont détrempées… hé oui! ça sent le sapin pour les décos ! fetes-0219.jpgUne année encore …l’an prochain viendra vite mais on aura un an de plus alors je ne suis pas pressée !


C’est joli ces petites lumières clignotantes sur le sapin ! je me régale comme une gamine chaque soir !

Mais je regrette  les bougies tremblotantes de mon enfance qui donnaient un tout autre air au sapin.. C’était magique…doux…mystérieux….et dangereux! au point qu'on les a interdites!

détacer le sboules e tle sguirlandes les ranger dans leurs boite spar couleurs , refermer la boite: c'est dan un vieux carton des  3 suisses. les guirlandes extérieures dans un ancien baril de lessive! puis tout ça dans un fond de plcaard qu'on n'ouvre qu'une fois l'an... nostalgie mais aussi plaisir de manipuler ce  jolies choses.

 cartes-voeux-07 Et voila donc l’année nouvelle !


Alors chacun y va de ses voeux, de ses cartes.

 De plus en plus les gens font les leurs  par courrie…l en pièce jointe et même les cartes virtuelles n’ont pas trop la cote dans mon entourage !

J’ai acheté au Secours Populaire des cartes , des vraies !

Mais finalement je n’ai guère à en envoyer !

Avec Internet on  oublie d’ailleurs les adresses postales ! J’ai vraiment eu l’intention louable de me mettre à en écrire mais j’ai été prise de vitesse par les mails des personnes à qui j’avais l’intention d’envoyer une vraie carte !

Dommage !

La retraite permet de prendre le temps  de mettre le nez dans le fouillis qu’on accumule au fil des ans et des générations ! téléchargementJ’ai gardé des cartes postales, des cartes de vœux et j’en ai même retrouvé datant de mes parents et grands parents puisque ma grand-mère collectionnait ce genre de cartes.

 album17--1024x768-

 Que restera –t-il de nous ?

On ne s’écrit  plus de lettres !

J’ai des lettres et des cartes postales que je recevais dans mes jeunes années… mais que restera-t-il des SMS , emails enflammés des amoureux d’aujourd’hui ?

 Bon ça fait ringard  la vieille qui se lamente sur le bon vieux temps…

Tant pis !

 Allons, bonne année à tous :

ey1i82kvaux instits aux élèves , aux autres … plein de rires et de chansons quoiqu’on ne chante plus guère.. Bon stop j'ai dit!

je vais maintenant un peu lire ce qu'il y a au dos de certaines cartes de voeux d'autrefois. 

à suivre!

Repost 0
Published by emjy - dans le quotidien
commenter cet article
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 09:18

   

extrait de l'introduction à la danse du ventre)

 

 danse du ventre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Connaissez vous le kéfir, cette boisson un peu pétillante que l’on se fabrique à l’aide de figues, de sucre et de citron à partir de grains bizarroïdes ?

J’avais oublié cette boisson que je fis un  temps lorsque mes enfants étaient petits.

Lors d’une expo, en juin,  j’ai rencontré « une ancienne collègue  reconvertie qui vendait cette boisson que j’ai trouvée délicieuse. Je lui demandé de me céder quelques grains pour en faire à mon tour

Puis chacune est repartie à ses affaires et je n’y pensais plus que de loin en loin

 


Puis un jour d’  août, j’ai découvert que j’avais un deuxième cerveau qui parlait haut et fort, un peu trop ! J’ai découvert l’… intestin ! intestins-parlent-sante-L-iv0COr

J’ai alors dévoré une flopée de texte sur Internet , acheté des bouquins ( une manie de toujours vouloir savoir le pourquoi du comment) sur cette partie d  notre  anatomie que je négligeais quelque peu tant elle s’était tenue tranquille jusque là !

J’en ai appris des choses !

 Tiens un de ces jours  prochains je vous ferai un topo là-dessus !

 Bref, il fallait m’intéresser à la flore !

J’aime bien les fleurs, les plantes  mais cette flore là ..bof…

Bref parait que d’avoir pris trop d’antibiotiques avait détruit la pauvre flore !

 Alors dans un bouquin (l’intestin , filtre de notre corps) j’ai lu que le kéfir était un pro biotique, que les machins blancs sont des levures très bénéfiques ! j’ai lu que dans le s hôpitaux russes on donne ça à boire aux malades.

Vous me direz que la Russie de Poutine , c’est pas une référence…soit !

J’ai lu que c’était bon pour plein de chose s ! Je me méfie un peu de s panacées mais bon pourquoi ne pas essayer ?

 



  Mais où trouver du kéfir ? Sachez braves gens qu’il y a l e kéfir d e lait qui donne une sorte de yaourt

 il y a  la kéfir de fruit s, celui dont j e vous parle .

Il n’était pa s question de téléphoner mine d e r en à l’ex  collègue après tous ce s mois de silence ... où en trouver alors ?

Celui qu’on vend en pharmacie est fait à partir de levure déshydratée et meurt assez vite  ai-je lu .

 C’est alors qu e j’ai découvert le blog de kefirette   

 Sous ce pseudo se cache une femme généreuse qui proposait contre l’envoi de timbres couvrant le port, de vous donner   du  kéfir.

J’étais un peu méfiante à vrai dire ! on nou s prévient des arnaque s sur Internet et on oublie qu’il y a là aussi des gens bien. La preuve, on y es t ! car on est des gens   bien non ?

 Bref j’ai reçu mon kéfir : merci encore kefirette !


kefir 3Et j’expérimente ! je n’ai pa s encore trouvé le bon dosage de sucre : si trop l le kéfir prolifère( il adore le sucre, il s’en nourrit ) si pas assez la boisson n’est pas agréable.

Mais j’ai maintenant après un mois d’utilisation assez de kéfir pour à mon tour vous en donner !( envoyez un mail )

 

( je vous en expliquerai et le s bienfaits et le mode d’emploi dans mon prochain topo ou alors tapez kefir sur votre moteur de recherche! )

 

Joyeux Noel à tous !

Si votre intestin proteste  durant les agapes de fin d'année,s achez qu’il y a  le bicarbonate et le charbon qui sont excellents pour le calmer !

 

Repost 0
Published by emjy - dans le quotidien
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 15:50

l ATTENTION MUSIQUE OBLIGATOIRE !

2 versions du même : noel alsacien

la version berceuse et la chanson à prendre au second degré ...ou pas ! au choix! 

 

Vous connaissez les petits sablés alsaciens ! je découvre qu'on appelle ça des bredele ou bredle!

Prononcez avec un accent lourd et chantant : bréééé-de-le’

 De passage à Strasbourg , j'ai fait un tour sur les marchés de Noël! 

 Il y a de tout :

 

images--7-.jpg

 Poupées russes, tableaux naïfs, foulards, tricots, thés, et beaucoup de bredleimages.jpg

 Des décos à prix fous  de toutes sortes, des jouets en bois mignons comme tout ,des trucs et des machins, du miel du pain d'épices, du vin chaud

et des bredleimages--3-.jpg


Des nappes brodées, des petites merveilles en grès gris et bleu  de Betchdorf,en terre en bois, en céramique,des lampes et des bougies, des photophores et des bredleimages--4-.jpg

images (5)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors vous achetez un verre de vin chaud ( le gobelet réutilisable et remboursable est devenu payant) , un truc à manger et vous hésitez: christholle? crêpe? pain d'épices ou un sachet de bredle?

 tout cela est fort beau et fort cher 

quelque chose comme  44  € le kilo de bredle !images (6)

 un célèbre magasin de pains d'épices sis près de la place d' Austerlitz a également un stand sur le marché place broglie.

Il y vend ses produits pas loin du double ! Il vaut mieux aller au magasin ! 

Mais les hordes de touristes qui débarquent en force des cars , des retraités bien sûr en semaine, ne le savent pas ! Ils achètent des bredle au prix fort ...quand ils achètent !

 


images (1)Alors je décide de me lancer dans la confection de bredle!

 En toute modestie! Je serais bien prétentieuse de dire que ça va marcher !ça sera bon quand même vu les ingrédients utilisés ! mais  peut-être trop dur, trop cuit , trop cassant , trop mou…

 J’ai acheté des emporte pièce , du beurre ( bio) mais ....je n’ai plus d’œufs ! zut ! Ce sera pour demain !

Il parait qu'en Alsace les recettes se transmettent de mère en fille ( et en fils j'espère!)  qu'on s'y met dès novembre! Alors j’ai des excuses si je rate non ? Je ne suis pas alsacienne !

 j'en ai fait , il y  a quelques jours , avant de découvrir ces merveilles à Strasbourg : une fournée très classique  de sablés au citron que je n'ai même pas pu savourer pour cause de régime dû au candida albicans ( c'est quoi cette bête là! j e vous en parlerai longuement longuement pour sûr! Une autre fois ! vous n'y couperez pas! faut pas perdre une occasion de s'instruire!



 

allez je vais déjà chercher des recettes !ce sera un début !

Convenez que je suis hé-ro-ique de fabriquer des trucs que je ne peux pas manger car vous ne savez peut-être pas : le "candida  truc" adore le sucre ! Alors faut l’affamer ce sale machin ! donc pas de sucre !

Ah mais ! et je ne vous dis pas ce qui arrive quand je transgresse ce fichu régime…ça calme vite fait !

 2F8D6FD17BE497BB1F445EE729A7A068.jpg

Repost 0
Published by emjy - dans le quotidien
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 19:24

Une caverne d’Ali Baba

 


 

DSCF2897.JPG

 

S’il n’en reste qu’un, ce sera celui là ! Ça pourrait être la maxime de madame BANSEPT qui chouchoute son magasin depuis 40 ans et qui voit avec désolation les magasins de sa ville mourir à petit feu.


 j'adore aller fouiner dans cet amoncellement d'objets souvent farfelus, toujours jolis ou attendrissants!

il y a de tout ! c'est indescriptible! le moindre recoin est mis à profit! ça s'entasse sans jamais que ça fasse foutoir !ça fait un charmant tableau impressionniste au contraire!

 

 

DSCF2898.JPG

 chaque fois j'ai envie de revoir ma déco et d'acheter

 une babiole ou un tableau

ou une lampe, un miroir ou un plateau ,

un panier si ce n'est un pantin rigolo,

une voiture décorative ...

je me demande bien d'ailleurs comment un tel commerce peut tenir le coup dans cette petite ville plutôtsinistrée.


Madame Bansept, enthousiaste et  caustique,  aime" tailler le bout de  gras "avec ses clients qu'ils achètent ou non ! Elle défend  avec une belle conviction le petit commerce  dit de proximité qui est en train de mourir  en silence au centre ville de Raon et d’ailleurs.

Elle y croit : c’est le petit commerce qui fait la vie des centres ville. Et si on fait un tour dans la capitale de l’arrondissement où la fermeture de la  maison de la presse en juin 2012  a frappé les esprits, on ne peut que lui donner raison.


Poussez donc la porte de son magasin, une quincaillerie à l’origine (ça l’est toujours  d’ailleurs)  mais aussi et surtout un magasin de cadeaux, de choses insolites  et de jolis objets utilitaires pour la cuisine.

 

DSCF2905.JPG

 A Noël mais pas seulement, c’est un enchantement !

Un amoncellement d’objets arrangés avec art et amour, une caverne d ‘ Ali Baba où on ne sait plus où donner de la tête !

 Que de beaux objets sont rassemblés là ! Il y en a partout et pour tous les goûts et on trouve ici des choses originales qu’on ne trouverait que bien loin d’ici, allez savoir où !

 DSCF2913.JPGLe rouge , le sépia ,  le brun et beige le blanc et le vert tendre , le rustique , l’imitation Gallé, de l’insolite, du rigolo …

on trouve tout dans ce petit magasin où le moindre espace offre des petites merveilles !


Pour NOEL pourquoi aller  loin ?DSCF2908.JPG

 Il y aura là de quoi faire plaisir à coup sûr !

Les prix ? On trouve là aussi une grande gamme de prix qui permettent à tout un chacun de trouver son bonheur ! Pour soi et pour faire plaisir.

 

 



Entrez, regardez , on va s’en mettre plein les yeux… 

 

DSCF2895.JPG

 

et sûr de sûr!

Y aller en ces temps gris c’est l’assurance de ressortir le sourire aux lèvres. 

Regarder sa vitrine vous donnera envie de vous arrêter et vous donnera des idées !DSCF2914.JPG

 

 

 

et un p'tit air d'accordéon pour finir!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by emjy - dans le quotidien
commenter cet article
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 08:46

 

 

 

 

 DSCF2754

 

 

 À l’atelier des farfadets


Point n’est besoin d’aller chercher l’atelier du père Noël au pays des rennes ! Il vous suffit d’emprunter la route de la Chipotte et de vous arrêter, rue de la sapinière à l’atelier des farfadets !

 

Car François et Primerose habitent tels les farfadets dans une maison à la lisère de la forêt.

 

Ce fut  d’abord pour François  une carrière très remplie où il aura travaillé dans la serrurerie, la ferronnerie, la chaudronnerie, la maintenance industrielle ; il sillonna aussi la France et la Navarre  la où son entreprise l’appelait pour la pose des rails de sécurité sur les autoroutes. Puis François éprouve le désir de mieux connaître la forêt : il y  a  en effet élu domicile  pour les congés, dans une maison qu’il rénove peu à peu. Un stage de bûcheronnage lui apprend le bois et peu à peu l’idée germe…

 

 

et un jour de l’automne  2011, François saute le pas et crée l’atelier des farfadets .Il entraîne son épouse Primerose dans son projet et les voila donc devenus créateurs de jouets en bois. On commence à les rencontrer ici et là sur les marchés mais c’est chez eux qu’il sera préférable de vous rendre pour trouver le jouet souhaité.

 

 Chaque jouet est une pièce unique peaufinée avec amour :

DSCF2759

La peinture est aux normes écologiques, le bois est du hêtre, du chêne, ou du frêne  avec un essai prévu avec du sycomore. Ce bois vient de la Scierie Janès à Anglemont, créée en  1965, qui exploite et transforme les essences feuillues de la région depuis trois générations. Installée sur cinq hectares, la société s’est spécialisée dans le sciage du hêtre et du chêne. L’atelier des farfadets est donc quasi 100% lorrain, peinture exceptée .

 

 

Primerose est une nancéenne qui fut longtemps employée de bureau avant de se consacrer à ses  3 enfants.  Elle s’est ensuite orientée vers une formation avec l’espoir d’ouvrir des chambres d’hôte puis elle s’est tournée vers l’aide à la personne. Elle dessine et peint les jeux avec une originalité : chaque figurine est peinte des deux côtés ! Ainsi que vous pourrez le constater si  vous faites l’acquisition d’un de ses puzzles à encastrer.

 

Deux farfadets, deux talents qui se complètent         

                                                   DSCF2770-1

 

 


Si au début chacun mettait la main à la pâte en collaboration étroite, nos deux farfadets évoluent  peu à peu vers ce qui leur tient le plus à cœur.

 

 

François fabrique  maintenant de préférence, des trottinettes, des tricycles, chevaux de bois et autres jouets à roulettes : demandez lui de vous montrer ce traîneau à roulettes pour deux  en forme de poisson !

 

 

Actuellement Primerose se consacre à la réalisation de tableaux ayant pour thème les fables de la Fontaine : des personnages en bois scratchés (peints aussi sur les 2 faces permettent de jouer la fable.  Admirer le cerf de la fable : Le Cerf se voyant dans l’eau (voir photo)

 

 

Précisons que le texte est remis avec le jeu : voici, pour les petits et les grands,  de quoi occuper les après midis d’hiver!  Elle pense illustrer  peut-être aussi des contes traditionnels. On le voit, les projets ne manquent pas !

 

Entre artistes et artisans nos farfadets sont passionnés par leur atelier :


 À les écouter on ne voit pas le temps passé ! C’est après deux heures de conversation animée, agrémentée d’une délicieuse tarte aux pommes et d’une boisson chaude, que l’entretien s’est terminé ave c l’envie de revenir bientôt  voir les prochaines réalisations.

 

C’est bientôt Noël et voila un superbe cadeau à offrir, qui se transmettra aux générations suivantes : François assure la maintenance de ses jouets roulants ou autres.

 

Vous pouvez :

Consulter la vidéo qui présente sur fond de musique joyeuse, quelque jouets de l’atelier ( taper :  l’atelier des farfadets sur votre moteur de recherche et cliquer sur l’adresse de youtube)

Les contacter par téléphone au 06 83 01 05 92

Ou vous rendre à l’atelier  rue de la sapinière, (route de la Chipotte)

MJR

 

 

 

 

Repost 0
Published by emjy - dans le quotidien
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de emjy
  • Le blog de emjy
  • : à défaut de pouvoir papoter en vrai avec les ex collègues, les copains copines ou les proches, une p'tite parlote sur tout et rien.
  • Contact

Recherche

Liens